Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 09:01

Le grand Louis regarde son immense champ et se dit, dans sa ford intérieure: "Mon lisier ne vaut purin et c'est un coup à jeter l'eau propre sur ma ferme".

Continuant sa réflexion, il marmonne :

"De toutes façons, quand on sème, on finit toujours par labourer"

Puis il se tourne vers sa brave Gustine et se re dit:

"Et pour elle, c'est ben la même chose, sauf que j'vais point l'écrire pareil"

Grand, le Louis mais…

Tous ses copains l'appellent "Couillette" sauf la Gustine qui l'a définitivement surnommé "Corinthe" et ça, ça lui caille le raisin.

Surtout qu'après leurs longues tirades d'amour, elle le compare affectueusement à l'inspecteur Bourrel, vous savez, le héros de la série télé "Les cinq dernières minutes" ?

Lui, il aurait préféré "Rend beau" ou "Sylvestre l'étalon" mais bon : l'âge avait fait son insidieux travail et à 35 ans il se disait qu'on ne pouvait plus être et avoir tété.

Charmé par un film intimiste et pour avoir un peu de bonheur, il va voir son banquier d'une démarche empruntée ; mais celui-ci en chef de banque organisée lui rappelle qu'en matière de vol au vent financier, un seul précepte s'impose: "Ici, le bonheur est dans le prêt" sinon, c'est "Touchez pas au grisbi"

Piteux, pitoyable et dépité, ce soir là il coincera, la Gustine pour une grande envolée d'amour qu'il nommera pudiquement: "deux minutes trente cinq de bonheur"

Moralité : Oreille ouverte aux prêteurs te laissera sans vigueur…

 

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 16:38

" Les gros bonnets ne sont pas tous des petits saints"

Pensait en souriant la reine d'un essaim:

Une abeille maline qui aiguisait son dard;

Elle le planta derechef, pour s'enfuir dare-dare,

Dans le velours offert d'un joli bout de sein

Qu'aucun Tartuffe n'aurait su voir sans dessein

Tant les appâts de la belle attiraient les regards

Des chalands lubriques en quête d'étendard.

Pour que la morale humaine laisse son dessin

L'honneur fut bafoué pour les deux assassins,

Car la reine vengeresse y laissa son dard,

Et le sein de la diable y perdit son nectar.

Ainsi l'amour, la vie et tout leur saint-frusquin

Sont pour tous des leçons générant des vaccins.

Et si ces rimes font danser mes vers égrillards,

Mes brefs jeux de mots tôt font toujours des mots tard…

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 12:34

 

Ma camarade qui n'a de parts données

Pour s'aimer de leurres dans les trous des sonnets

Me prend de ces ailes graciles,

Alors serré exprès par tous ses errements,

Des crus bons, des vins du firmament

Je vais  m'offrir un crocodile.

Tant tan tan, tan tan tan, tan !

Partager cet article
Repost0
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 12:27

http://kalcif.com/wp-content/uploads/2012/10/035-kalcif-cpe-police-crs-m.jpg

 

Je sais pas vous, mais moi j'aime bien savoir de quoi il retourne avant de me faire une idée précise des choses ; par exemple, on a l'air de penser qu'à chaque manif, les CRS sont des grosses brutes assoiffées de gnons alors que les manifestants seraient plutôt des braves gens venus défiler pour juste signaler aux gouvernants qu'ils sont moyennement d'accord avec leur politique.

Peut-être… ou peut-être pas.

Donc, le meilleur moyen de le savoir, c'est encore d'y aller mettre son pif en plein milieu et pour pouvoir se faire une opinion de la vraie réalité, c'est de se brancher sur les médias et de vérifier "in vitro" leurs affirmations.

C'est la raison pour laquelle j'ai pris l'oignon du passé dans ma main gauche et j'ai pensé fortement "12ème CRS manif Paris 5 mars 2011", et me voilà au briefing de la glorieuse compagnie de CRS en compagnie glorieuse de mon alcoolique, l'énorme jean Bon.

-        Ouais, et je vous rappelle que les femmes ont aussi le droit d'exister ! martèle le colonel en toisant la 12ème CRS

-        Heu… ça veut dire qu'on doit pas taper dans les parties visibles ? Questionne l'adjudant plus futé que la moyenne. 

-        Ca veut dire qu'il faut surtout éviter de taper devant les caméras ! Hurle le capo di tutti capi, j'ai pas envie d'avoir le préfet sur le dos !

-        Moi je l'aime bien ce mouvement "mi-putes mi-soumises" déclare un CRS devant moi,

-        Vouais, chuchote un autre, c'est le mouvement des Femelles, les Poussy rillettes, 

-        Elles sont du Mans ? questionne un connaisseur en charcuterie…

-        Vos gueuuuuuules ! Garde à vue, fisc ! Tout rouge le colon.

http://www.egaliteetreconciliation.fr/local/cache-vignettes/L650xH488/_1-femengroupe-29139.jpg

Son énorme majesté et votre serviteur, nous sommes déguisés en robot cop avec le casque anti honte, la matraque à bomber le verre et les guêtres en carbone pour courir plus vite au cas où les manifestants seraient vraiment colère.

-        Nous avons demandé qu'elles manifestent rue Quiquempois car n'y'a plus de pavés historise un sergent descendant du financier Law

-        On aura quand même des steaks à midi ? demande l'abruti de service

-        Et pourquoi qu'on en aurait pas ?  Questionne Zozo de hurle dent.

-        Ben, s'y a pas de sang y'a pas de steak, qu'on nous disait à la 4ème CRS

Nous débarquons en ordre de nos cars puis nous allons, en rang d'oignon, nous ranger devant une meute de nanas qui brandissent une arme absolue : leurs nibards !

D'habitude, face aux manifestants, on a tendance à se cougner sur nous même, genre formation de la tortue, mais là, miracle de la parité, nous nous sommes développés en formation ouverte dite "du delta convivial"

Aie, aie, aie ! Elles attendait que ça ces charmeuses : une fois que nous eussions bien avancé, elles ont repliés leur ailes pour nous enfermer dans un cercle infernal et se sont mis à nous filer des coups de nibards à tire l'haricot…

http://media.paperblog.fr/i/313/3137854/humour-crs-L-4.jpegQue voulez vous que nous fissions ? On allait tout de même pas matraquer l'essaim maternel ?

C'est alors qu'elles se sont mises à fredonner l'hymne à l'amour telle des sirènes appelant leurs pompiers.

C'est le colonel qui a craqué le premier : il a commencé à déboutonner son futal et c'est là qu'on s'est aperçu qu'il avait des fuites…  

Puis, se tournant vers le lieutenant il s'est mis à chanter sur l'air de "Mon Dieu" :

-        "Mon vieux, mon vieux, mon vieux, baissez le moi encore un peu, mon slip soyeux"…

-        Son slip sooyyyyeuuuuuux ! Yeuuuuux ! Yeuuuuuuux ! Yeuuuuuux ! http://drole.humours.net/homme/homme-052.jpg Reprend l'ensemble de la compagnie

Mon Jambonneau tout ému a laissé rouler une bonne grosse larme qui à laissé une trace de propreté sur sa bonne grosse joue pendant que son voisin s'est mis à genou pour implorer le pardon pour toutes les gonzesses qu'il avait matraqué au poste de la compagnie.

Mais là où on a pas étés bien malins, nous les mecs, c'est qu'on s'est pas aperçu qu'elles nous chouravaient nos matraques…

Je vous dis ce qu'elles en ont fait ?

Ho, je sais à quoi vous allez penser, bande de dégénérés ! Et vous aurez raison : avec nos matraques, elles nous ont matraqués tout ce qui dépassait de l'armure.

Des oreilles aux nez en passant par les mentons plus ou moins en galoche.

Et pas plus… car pas d'affinités.

S'apercevant de la manœuvre, le colon a ordonné un repli tactique mais ces dames avaient profité de la douce panique pour nous nous attacher nos lacés entre eux.

Je vous raconte pas l'énorme bordel !http://www.humourr.com/divers/images-humour/confinement_de_poulets.jpg

Vous excuserez le jeu de mot salace (qui ne me lasse pas) mais en fin d'exercice, si nous étions complètement paniqués et elles n'étaient toujours pas niquées; mais comme ce n'était pas les ordres, on a préférés repartir piteux, les mains dans les poches et une autre idée de la femme qui, comme dit le poète, est l'avenir de l'homme, si il ne se retourne pas…

D'ailleurs, le lendemain ils apprenaient à la 12ème CRS que le nouveau colonel était une superbe colonelle qui à l'usure s'est révélée inusable… Ha ça, ils l'ont tous dit !

Ha, les femmes, si elles n'existaient pas, il faudrait nous inventer, nous les mecs.http://www.festiveo.com/media/catalog/product/cache/1/image/5e06319eda06f020e43594a9c230972d/q/6/q674_1.jpg

Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 12:59

http://www.stanislasurbietorbi.com/stanislas/photos-stanislas-histoire/huber.jpg


De retour sans Malice, au chic hôtel de la rue Sherbrooke à Montréal, la mine triste, Bérangère dépose dans les bras du bagagiste, sa montagne de sacs achetés dans les boutiques huppées des  célèbres designers. Ainsi libérée de sa lourde charge, elle avance vers le réceptionniste qui se tient droit comme un manche à balai derrière le bureau d’accueil à la clientèle.

-        Ayez l’amabilité de faire porter à ma chambre tous ces paquets ainsi que deux kirs glacés.

-        Madame sera servie à l’instant. Nous sommes à votre entière disponibilité pour que votre séjour comble toutes vos attentes. 
Bérangère ne l’écoute plus. Les portes de l’ascenseur se referment.  En ouvrant la porte de sa suite, elle aperçoit Étienne en petite tenue de boxer de soie,  allongé sur le divan de cuir
. http://2.bp.blogspot.com/-8Sqpu5o_WBo/TeC2TF-OyuI/AAAAAAAAODU/L3opCvRdHBc/s1600/maillot-de-bain-g-lad-blog-homme-urbain-fit-yellow.jpg

-        Tu t’las coule douce ! Que fais-tu ici ?

-        Hola charmante dame,  ne suis-je pas votre garde du corps en l’absence de Malice ? Sachez qu’un James Bond dort en moi et qu’au moment le plus opportun, il se pointe

-        Dis à ton James Bond de remballer ses joujoux. On a d’autres chats à fouetter. Va me chercher l’oignon que j’ai caché dans le tiroir de mes sous vêtements. Il est dans ma brassière rouge à marguerites noires.      

Femme en soutif

Déçu, Étienne file dans la chambre et ressort avec l’oignon qu’il lance à Bérangère au moment même où on frappe à la porte. Ce lancé fut fatal. L’oignon tombé au sol les plonge au diable vauvert.

Étienne toujours en boxer à pois bleus et blancs,   Bérangère avec deux kirs en mains et l’oignon tenu par la peau des dents juste à temps.
Devant eux, deux personnages magouillent ainsi :

-        Sire Mazarin! Pour trouver de l’argent et des Louis d’or, arrive un moment où tripoter  un peu partout ne suffit plus. Il me serait d’un grand secours si Monsieur le Surintendant m’apprenait les arts  de la dépense quand toute la France est endettée jusqu’au cou. Les coffres  sont vides.

-        Colbert ! Votre ignorance me déprime. Arriverai-je un jour à vous céder mon http://courduroisoleil.chez.com/images/colbert2.jpgposte. Vous êtes plus sot que la bassine de la maîtresse du roi que nous maintenons en poste. Quand on est un simple roturier couvert de dettes, mortel par surcroit, bien sûr, on va en prison pour y mourir sans plus. Mais l’État, c’est l’État et on ne jette pas l’État en prison. Vous me suivez ? Voilà. L’État continue sans problèmes de creuser la dette. Tous les États font ça et ça marche.

-        Ah oui !  Sire Mazarin, vous en êtes certain ? Mais que faire pour trouver plus d’argent quand on a déjà créé tous les impôts imaginables et d’autres encore plus osés pour les simples d’esprit ?

-        Colbert ! Vous êtes bouché à l’émeri ou quoi ? Vous en créez d’autres ! Voir est un privilège. Marcher en est un autre. Faites payer des impôts pour traverser des chemins, pour aller prier et voir les statues des saints, voire même pour puiser l’eau à la rivière.

-        Ces impôts sont déjà en place. On ne peut quand même pas taxer les riches. Ce sont eux qui font travailler les pauvres qui nous paient des impôts.

-        Vrai. Si nous taxons les riches, ils ne dépenseront plus et les pauvres ne travailleront plus

-        Alors, comment faire ? Je suis dans l’impasse Sire Mazarin.

-        Vouhttp://p5.storage.canalblog.com/51/42/310243/82485669_p.jpgs vous noyez dans un dé à coudre. Pauvre idiot ! Tu raisonnes  comme un gruyère troué. Mieux encore, une passoire bouchée. Au royaume du grand roi Soleil, vivent des paysans qui ne sont ni riches ni pauvres. Ils rhttp://www.larousse.fr/encyclopedie/data/images/1005441-Mazarin.jpgêvent de devenir riches et ils ont peur de devenir  des pauvres. Ce sont eux qui feront tourner la roue de fortune de l’État. Eux, il faut leur imposer de plus haut  taux d’impôts sur tous leurs biens et besoins.. Et, ils travailleront plus pour gagner plus de ce qu’on leur enlève. Ainsi, on gagnera toujours plus avec eux. Ils sont les vaches à lait du système. Que feras-tu quand je me retirerai dans mes fiefs que le roi m’a concédés pour mes loyaux services à sa couronne ?

-        Vous pourriez m’adjoindre votre neveu, le jeune Jean 1 Ier, dit le Bon. On ne raconte que du bien à l’égard de son grand esprit de fin stratège parmi vos conseillers.

-        Pétrifiée par l’horreur des propos entendus, Bérangère échappe les deux coupes de kir qui se fracassent au sol. D’une main rapide, elle saisit l’oignon et de l’autre attrape son Étienne par le caleçon pour sortir de ce célèbre château sans soleil dedans. Les voici donc ailleurs dans le  château du duc de Richelieu.  

-        Parlez, parlez mon cher Voltaire, on vous écoute

http://www.larousse.fr/encyclopedie/data/images/1009771-Armand_Jean_du_Plessis_cardinal_de_Richelieu.jpg-        Soit ! Je crois que nous ne nous entendons pas sur l'article du peuple, que vous croyez digne d'être instruit. J'entends par peuple la populace, qui n'a que ses bras pour vivre. Je doute que cet ordre de citoyens ait jamais le temps ni la capacité de s'instruire; ils mourraient de faim avant de devenir philosophes. Il me paraît essentiel qu'il y ait des gueux ignorants. Si vous faisiez valoir comme moi une terre, et si vous aviez des charrues, vous seriez bien de mon avis. Ce n'est pas le manœuvre qu'il faut instruire, c'est le bon bourgeois, c'est l'habitant des villes… A l'égard du peuple, il sera toujours sot et barbare [...]. Ce sont des bœufs auxquels il faut un joug, un aiguillon et du foin. Je ne connais guère que Jean-Jacques Rousseau à qui on puisse reprocher ces idées d'égalité et d'indépendance, et toutes ces chimères qui ne sont que ridicules. Quant aux femmes, elles ne sont que de girouettes. Elles se fixent quand elles rouillent. Tous ces mots, je les ai déjà écrits dans mes célèbres correspondances. Il vous suffit de rassembler mes œuvres pour vous instruire à ma manière à la source de mon génie. Ici, mon bon ami le duc de Richelieu saura vous le redire. Nous sommes la noblesse et la populace nos esclaves. « Citations de Voltaire sur Wikiquote»

-        J’ai encore à dire. À quoi servent la Nouvelle-France et ces quelques arpents de neige ? Un trou de dépenses par où se vident les coffres du roi de France.

C’en était trop ! Bérangère sortit de ses gonds. Furieuse, elle apostrophe Voltaire qui pompeux la regarde de haut.

-        Espèce de cervelle d’oiseau ! Pour un bout de canne à sucre tu as fait perdre à la France tout le territoire couvrant la Louisiane jusqu’aux territoires du Nord de l’Amérique. Tes discours sont à la mesure des péronnelles ridicules. Tu as l’air d’une baudruche poudrée. Non, mais…

C’est Étienne qui lui arracha l’oignon des mains de Bérangère  quand il aperçut les gardes armés d’épées prêts à abattre le fer sur elle. Vivement, ils se retrouvent au Ritz Carleton, le chic hôtel anglais de Montréal. C’est la faute à Voltaire !

            http://ec.l.thumbs.canstockphoto.com/canstock6555036.jpg
Marie Louve

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 12:11

http://47.img.v4.skyrock.net/7975/17787975/pics/496037369_small.jpg

L’écran clignote comme s’il lui faisait un clin d’œil. C’est le Pacha qui veut lui parler : « Ma chère Angélique, » dit-il « ta date de naissance indique que le premier décan de ton signe astrologique est géré par la planète http://www.futura-sciences.com/uploads/tx_oxcsfutura/img/mariner_venus.jpgVénus, symbole de l’Amour. Le soleil étant généreux aujourd’hui et ton signe étant d’air frais, je te prédis que tu vas vivre deux journées paradisiaques avec Jonas et You. Ta mission est de trouver le paradis perdu et de rapporter à la TEF des nouvelles croustillantes qui seraient passées inaperçues lors de leur séjour sur Terre. À toi de jouer m’Angélique. Elle communique aussitôt avec Jonas.

-    Ç’est incroyable Jonas ! Le Pacha nous envoie au paradis terrestre. Viens-tu avec moi ? Le temps de me changer et nous partons dans une heure.

-    Je suis prêt. J’arrive chez toi dans dix minutes.

 

Mais quelle mauvaise surprise quand ils arrivent au paradis. Deux hommes complètement nus courent un à la suite de l’autre. Ils s’arrêtent devant eux, leur font des signes et repartent.

 

-    C’est terrible Jonas, nous sommes tombés dans un camp de nudistes. Regarde-toi, tu es nu.http://natu.jgana.fr/images/bd/gd/cara4.jpg

-    Mais toi aussi.

-    Non ! C’est pas vrai ?

-    Héhé ! Oui.

-    Pour eux les seins de femme n’ont pas l’air de les impressionner.

-    Eux non, mais il y a de la cruauté mentale dans tous les seins.

http://sr.photos3.fotosearch.com/bthumb/ITS/ITS328/itf240003.jpg-    Ils en ont vu d’autres, sans doute. Hep Jonas ! C’est pas le temps de prendre mes mensurations.

-    Déjà j’avais peine à me dominer avec ton chandail et tes jeans. Là, tu t’exposes nue sans voile et tu penses que moi je vais pas te toucher ?

-    Profiteur … Tu es trop charmeur.

-    Attention Beauté ! Un serpent rampe non loin de toi. Il va tenter de te charmer.

-    Mais … you qu’on va se cacher ?

-    Cache-toi derrière cet arbre.

-    Et toi, tu vas te cacher où ?

-    En arrière de toi.

-    Mais tu vas dépasser des deux côtés.

-    Mes bras vont te protéger. Je prendrai les coups de langue de vipère s’il le faut.

-    Regarde Jonas, les singes évolués qui s’approchent de nous.

-    Ce doit être une communauté intergénérationnelle, le chainon manquant entre le singe et l’homme. Ils ne sont pas dangereux, ils sont http://img4.catalog.video.msn.com/Image.aspx?uuid=325e05e3-c19c-4bcf-a094-12bdc357981c&w=112&h=63&so=4juste curieux. Regarde, les deux hommes courent encore comme des autruches.

-    On dirait qu’ils se sauvent de nous.

-    Pas du tout. Ils se sauvent du lion.

-    Quel lion ?

-    Celui qui vient vers nous lentement et qui nous examine de ses yeux perçants.

-    Faut-il que nous nous lions à ce lion pour atteindre le paradis ?

-    Grimpe dans cet arbre Angélique. VITE !

-    Arrête de me stresser.

-    Passe la première et ne crie pas. Je vais te pousser vers le haut. Youpelaye ! Un dernier coup de fesses et tu t’accroches à une branche. Puis tu me laisses passer au plus vite.

-    On va faire quoi dans cet arbre ?

-    Tu as réglé la montre du passé pour quelle heure de retour ?

-    Le Pacha m’a offert une extension de temps, 24 heures au paradis.

-    Tu as réservé un hôtel ?

-    J’ai oublié.

-    Tabarschnouk ! On va passer la nuit icitte ?http://images.nationalgeographic.com/wpf/media-live/photos/000/004/cache/african-lion-male_436_600x450.jpg

-    Sur la même branche ?

-    Ben non ! Tu risques de me jeter en bas de la branche pendant la nuit.

-    Je vais faire attention pour ne pas bouger. 

-    Non ! Je ne veux pas.

-    Tu es payé pour être mon garde-du-corps.

-    Et tu vas me chercher une couverture, demande Jonas innocemment ?

-    On va se servir des étoiles pour cette nuit. Ok ?

-    Tu rigoles ?  Pourquoi on saute pas sur un nuage ? Ce serait plus douillet et plus romantique.

-    Hé Jonas … Calme toi ! Le lion revient. Répète après moi : Wouack Wouack. Ça va lui faire peur.

-    Wouack Wouack … Wouack

-    Miaou .. Miaou

-    WOUACK …

 

Le lion s’étonne de ce comportement sauvage mais il ne bouge pas d’un cil. Il pense : « C’est quoi ces affaires-là ? Une nouvelle viande ? La famille Wouack ? Une femme aux cheveux bleus ? Un homme aux cheveux courts ? Ouach ! J’en reviens pas. Ils ne sont pas tellement appétissants. » Tout à coup il voit d’un seul œil You qui remonte dans l’arbre après y avoir été poussé par un oiseau choqué d’héberger un chat dans son nid. Le chat s’assoit sur une branche et l’oiseau fonce sur lui en lui donnant un coup d’aile. You tombe à nouveau sur ses pattes.http://minette13.m.i.pic.centerblog.net/28617475.jpg Le lion l’attrape par la peau du cou. Il veut l’amener à ses lionnes pour savoir si l’une ne serait pas sa maman. Angélique panique et crie YOU…YOU… YOUU ... Jonas descend aussitôt de l’arbre et court après le lion. Réflexion faite, ce dernier ralentit, dépose le chat à ses pieds et s’en va. You a eu peur. Il tremble tant qu’il fait du vent, mais pas un  cri ne sort de sa belle petite gueule. Il retient ses émotions mais au bout de cinq minutes, il se met à pleurer.

 

-    On peut dire que You s’en tire par la peau des dents.

-    Oui ! We l’avons échappé belle aussi.

-    Ben voyons ! Allez, c’est le temps de commencer ma nuit blanche.

 

Le lendemain matin, quand les étoiles se ferment et que le soleil s’allume, ils se réveillent tous les trois. Du haut de la plus haute branche, ils http://dessintraitdunion.net/atelier-en-ligne/wp-content/gallery/nu-dans-arbre/homme-dans-les-branches-5h2.jpgscrutent l’horizon et constatent que la voie est libre.

 

-    J’ai faim Angélique. Qu’est-ce qu’on mange ?

-    Des pommes.

-    Ah oui ?

-    On est bien au paradis terrestre ?

-    Tu veux porter tous les péchés du monde sur ton dos, comme Eve ?

-    Y’a quoi d’autre ?

-    Des ronces et des termites.

-    Ah non ! Je préfère mourir.

-    Les premiers hommes eux en mangeaient pour ne pas mourir.

-    C’était leur choix. Pas le mien.

-    J’ajouterai des herbes pour les épicer.

-    Tu me donnes un coup de cafard. Regarde en arrière de nous, des hommes et des femmes nous envoient la main.

 

La femme qui est enceinte jusqu’aux dents fait trois pas en avant. Les autres la suivent tout en claquant des mains. L’homme le plus costaud s’approche plus près d’eux encore.

 

-    Parlez-vous français ?

-    Oui, sti de tabarcloum ! Oui on parle français. On peut tu avoir des vêtements décents ?

-    Vous êtes les bienvenus en ce paradis perdu d’Eden. Mais désolé, nous http://us.123rf.com/400wm/400/400/claudiodivizia/claudiodivizia0807/claudiodivizia080700166/3343240-feuille-de-vigne.jpgn’avons que ces feuilles de vigne pour vous revêtir. Avez-vous faim ?

-    Ça dépend du menu, répond Angélique en s’habillant.

-    Ça dépend de ce que les hommes rapportent de la chasse. Vous êtes Mademoiselle ?

-    Angélique Angélaste. Et voici mon ami Jonas (à qui elle donne une feuille de vigne pour se vêtir).

-    Je m’appelle Adam et voici ma femme Eve ainsi qu’un fils, quelques géniteurs présentement au repos et trois de mes filles. Voulez-vous coucher avec nous ce soir ?http://us.123rf.com/400wm/400/400/klibbor/klibbor1210/klibbor121000003/15773594-joyeux-homme-et-de-la-femme-en-cours-d-39-execution-vetu-de-feuilles-de-figuier.jpg

-    Avec vos filles ? Certainement ! dit Jonas amusé en regardant l’air outré d’Angélique.

-    Avec toutes ces femmes nues ? Jamais.

-    Arrête Angélique ! T’es pas si prude que ça d’habitude (dit tout bas Jonas).

-    Mais regarde celle qui est à gauche Elle te mange des yeux. Et l’autre à côté se lèche les babines. La dernière à droite est en sueurs et à sa gauche, l’autre te fait des clins d’œil. 

-    Ça mettrait un peu de piquant dans la vie. Non ?

-    Elles sont toutes folles de toi. Non mais, regarde leurs bonhommes. Ils seraient pas mal s’ils étaient plus grands qu’un mètre quarante, mais elles, elles ne dépassent pas un mètre vingt. Ah non, je vais pas les laisser dormir avec toi.

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRklBZp3LpOLtmjn2edzUrpKg4IP3qDWoLYZQLzcVmb_41KhESXbzoxcYYz

Adam attire Jonas à l’écart pour lui montrer un serpent qu’il voudrait tuer. Pendant ce temps, Eve s’assoit sur une bûche à côté de celle d’Angélique.

 

-    Je suis heureuse de vous parler Angélique. Je n’ai personne ici pour me confier. Regardez-moi, j’ai la peau flétrie d’avoir porté trop de grossesses. Je fais deux fois mon âge et je suis la plus âgée. Personne ne peut me comprendre. Avant l’histoire de la pomme, c’était simple, mais depuis que je l’ai croquée, je ne cesse d’enfanter. À coup sur, chaque fois qu’il me baise, pousse en moi un bébé que je mets au monde dans la douleur. Je me sens coupable pour toute ma descendance qui souffre à cause de ma soif de connaissance du bien et du mal. Je n’ai pas eu de mère pour m’apprendre à me défendre contre les hommes. Mon père est mon mari dont je dépends à cause de sa côte. Je n’ai pas eu d’enfance ni d’adolescence. Je suis née femme. Puis, il y a toujours ce http://galerie.alittlemarket.com/galerie/sell/22185/dessin-il-etait-une-fois-sanguine-sur-pap-1104295--once-9b1f0_big.jpgserpent qui me tracasse. Il peut nous détruire par un simple coup de langue. Et tout ça à cause d’une pomme. Ah Seigneur !

-    Quelle poisse ! Cherchez lui une maîtresse.

-    Il y avait Lilith, mais elle l’a quitté car elle ne pouvait plus supporter son autorité. La maudite ! Elle me l’a redonné au bout de quatre ou cinq enfants. Depuis, il se dit trop vieux pour se trouver des maîtresses. Et il est toujours sur mon dos.

-    Prenez des moyens musclés pour l’interdire d’entrée. Plaignez-vous, parlez-lui de femme à homme, de votre fatigue, communiquez. Si ça ne fonctionne pas, essayez  la migraine. Chantez-lui des berceuses pour l’endormir. Endormez vous avant lui. Appelez votre police.

 

Mais la conversation s’interrompt quand Eve se lève et s’excuse car elle est sur le point d’accoucher. Elle promet de revenir après la naissance, mais il est trop tard. L’oignon du passé vibre pour indiquer qu’il ne reste plus qu’une heure avant le retour. Elle passe prendre Jonas qui s’apprête à étrangler le serpent avec une liane et ramasse You couché sur la bûche de Eve. Elle règle la montre et ils quittent à jamais le paradis terrestre perdu. Ils prennent quelques jours de repos à la maison de la mère d’Angélique pendant qu’elle n’y est pas.

 

Di 

http://www.prierenfamille.com/Images/130Adam-Eve2.jpg

Partager cet article
Repost0
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 18:21

http://www.etaletaculture.fr/wp-content/uploads/2012/06/apollon_1_thumb.jpg

Angélique est contrariée par l’attitude de Jonas. Quand elle lui a dit de dormir sur le divan du salon, il lui a obéi en disant que de toute façon elle prenait toute la place et qu’il dormirait seul sans elle, car avec elle, il risquait de tomber du lit en chute libre, tellement elle le pousse sur le bord en dormant. Elle le regarde endormi sur le divan et se demande s’il parlait de débandage ou d’accident de lit. Si sa mère savait ! Elle qui déteste les hommes et qui n’a aucune pitié pour eux n’en croirait pas ses oreilles. Sa mère qui dit que les hommes ça pense là où on pense et à cet endroit là, ça pense beaucoup trop de la tête. Jonas est le seul homme qui surprend encore Angélique depuis qu’elle le connaît. Lui, il n’est pas comme ça. 

Le Pacha communique avec elle pour avoir de ses nouvelles suite à son séjour à Salem où elle a failli tomber dans le vide, la corde au cou. Elle lui répond qu’elle a besoin de vacances pour éviter un burnout et pour se remettre sur pieds. « Ça tombe bien, je voulais justement t’envoyer en mission en Grèce. La TEF s’intéresse à la stratégie de marketing qu’Apollon utilisait pour monter son entreprise d’oracles et en faire un succès. »http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/da/The_Parthenon_in_Athens.jpg/220px-The_Parthenon_in_Athens.jpg

Le lendemain sous une température de 46 degrés, Jonas et Angélique arrivent en Grèce. Ils vont à l’hôtel manger et dormir pour récupérer les heures de sommeil perdues à cause du décalage horaire et le lendemain matin ils prennent un autobus en direction de Delphes. Arrivés sur les lieux, un guide raconte comment Apollon a fait prospérer la Grèce antique et a développé l’économie du pays en ces temps mythologiques, il y a plus de un ou deux ou trois siècle avant Jésus-Christ.

La Grèce était alors un pays en pleine expansion. Les dieux régnaient dans chacune de leur spécialité dans tout le pays et dans les îles des Cyclades. Il arrivait qu’ils ne s’entendent pas,  alors ils se faisaient des coups pendables. Ils  envoyaient les mortels guerroyer également pour http://www.mythesgrecs.com/2bgal/img/guerre_de_troie/guerre_de_troie-155.jpgs’approprier d’autres richesses et pour agrandir leur pays. Tout n’était pas parfait mais son économie se portait bien.

Parmi tous ces dieux, Apollon vit le jour dans une petite île de Délos. Il était fils de Zeus, le roi des dieux et de Léto, issue de la famille des Titans. Après neuf jours de douleurs intenses, Léto accoucha d’un bébé dieu qu’elle appela Apollon. Sans plus tarder, le petit déjà grand,  réclama en claquant des dents ses dons de vie et d’immortalité, et affirma ses pouvoirs divins. Aussitôt, en l’honneur de sa venue, des cygnes sacrés firent sept fois le tour du rivage en chantant joyeusement. Apollon grandit en beauté et mena une vie d’enfant-dieu. Il jouait merveilleusement bien de la lyre, savait écrire la poésie et la chanter. http://www.ilovemytho.com/wp-content/uploads/apollon2.jpgC’était un jeune dieu brillant, il apprenait facilement. Il était apprécié et respecté dans la communauté mais bien que sa beauté attirait les femmes et les jeunes garçons, il n’était pas heureux en amour.

Un jour dans un moment de solitude lui arriva une idée formidiable qui devint un projet, mais pour l’appliquer, il lui fallait trouver un lieu de toute beauté. Un jour suivant, un dauphin le conduisit à un hameau situé sur le mont Parnasse à Delphes, à une altitude de 2500 mètres. Apollon est fut accueilli par un tollé d’applaudissements des villageois heureux de voir un dieu venir les visiter. Ébloui par la beauté du site et charmé par cet accueil, il prit possession de Delphes et se fit immédiatement construire un temple. Il travailla ensuite à mettre au point une stratégie de marketing afin de faire de son idée une réussite : faire de Delphes le nombril de la Grèce. 

 

D’un commun accord à ce moment-là, Angélique et Jonas s’accrochent à l’oignon de la montre du passé avec You et retournent 24 siècles en arrière. Par un hasard extraordinaire, Apollon les reçoit dans son sanctuaire, croyant que ce sont les envoyés de son père à qui il a demandé de lui envoyer des experts en marketing.

 

-    Ah bonjour monsieur et madame, vous voilà enfin. Écoutez, je fais travailler ma matière grise pour mettre au point mon système d’oracles. Mais passez donc dans ma salle de travail, nous allons en discuter.

 

-    Bonjour mon dieu, je m’appelle Angélique et voici mon collègue Jonas.

 

-    Enchanté ! D’abord, je vous explique où j’en suis dans la conception de mon produit. Ce que je veux offrir à la clientèle sont les réponses qu’elle veut connaître à ses questions sur le futur, qu’elles soient d’ordre personnel, militaire, religieux ou politique. Je veux exploiter et satisfaire un besoin dans la population : la soif de savoir l’avenir. Actuellement je recherche celle qui fera le rôle de la Pythie, la grande prêtresse qui sait http://i80.servimg.com/u/f80/11/30/03/37/pythie10.jpgtout. Je la veux vierge, ascendant vierge, et vierge dans la vie aussi, il va de soi. Elle doit donner l’impression au client qu’elle est en transes tant son cerveau bouillonne de réponses. Elle devra aligner ses méninges pour donner des réponses voilées sujettes à interprétation. J’ai déjà mis un pisteur sur le cas. Je veux réfléchir avec vous, innover et être positif. Brassons nos cerveaux pour aligner nos méninges et travaillons à améliorer l’idée du siècle.

 

-    Si je peux me permettre, Apollon, avez-vous prévu faire de la publicité ?

 

-    Je m’excuse de m’excuser, Madame Angélique, mais je ne puis pas parler affaire avec une femme non dotée du statut de déesse. Bien que cela m’en coûte, soyez en sure. Ne soyez pas offensée si je m’adresse à votre homme pour vous parler de mes projets.

 

-    Bon ok, allez-y. Dois-je me boucher les oreilles ?

 

-    Non, cela n’est pas nécessaire. De toute façon, avec tout le respect que j’ai pour les femmes, il est de notoriété publique que les femmes qu’elles ne comprennent rien aux affaires. Alors voici donc Monsieur Jonas : selon une étude de marché auprès d’un échantillon représentatif de la population cible visée par mon projet sur la place qu’occupent les rêves dans un esprit vagabond, il semblerait que les gens ont besoin de rêver pendant le jour, car les rêves de la nuit ne sont plus que poussières le matin venu. Ils ont besoin d’entendre des prophéties sur leur sort futur et d’espérer obtenir la richesse en faisant la paresse. Je crois qu’ils viendront de par toute la Grèce pour consulter la Pythie. Ces prévisions seront confuses et sujettes à interprétation de sorte que quoi qu’il arrive en réalité ensuite, personne ne pourra prouver qu’elles sont fausses et erronées. Le succès sera tel qu’on fera des trêves à la guerre pour s’y rendre sans crainte de se faire trucider.

 

-    Quel positionnement désirez-vous avoir ? demande Jonas.

 

-    Que voulez vous dire exactement ?

 

-    C’est simple Apollon ! C’est une expression marketing qui signifie « Quelle place désirez vous que votre produit occupe dans la tête et le cœur de la clientèle que vous ciblez. »

 

-    Ah je vois, je vois … ça prend quelques mots qui disent tout sans rien dire. J’ai pensé à « La Pythie sait tout de vous ». Qu’en pensez-vous ?

 

-    Pas mal, pas mal, comme slogan. Nous pouvons vous en suggérer d’autres ?

 

-    Certainement ! Je vous écoute.

 

-    Où que vous soyez, la Pythie vous observe, dit Jonas

-    Avec la Pythie, vous le sauriez déjà, dit Angélique

-    La vérité est dans l’avenir, dit J

-    La vérité par la Pythie, dit A

-    Réservez tôt pour rencontrer la Pythie, dit J

-    Pour vous, la Pythie dira tout, dit J

-    La vérité sort de la bouche de la Pythie, dit A

-    Face à farce avec la Pythie, dit J

 

-    Intéressant ! dit Apollon. Je prends note.

 

-    Il faut choisir les clients potentiels les plus rentables et ceux qui seront les plus susceptibles de croire à ces promesses illusoires, ajoute Jonas.

 

-    Je crois que la cible la plus intéressante est celle des Grecs les plus riches qui ont les moyens de se payer du luxe haut de gamme, ceux qui sont prêts à payer n’importe quoi à n’importe quel prix. Mais http://www.vandepeutte.com/Images/DS19gln.jpgmalheureusement les esclaves et les femmes ne sont pas admis. Et pour l’emplacement ? Vous savez qu’une des caractéristiques de l'architecture grecque est de s'intégrer au décor naturel, contrairement à l'architecture romaine. Delphes est situé dans un cadre naturel, sauvage et spectaculaire et surplombe une vallée où les paysages autour s’étendent à perte de vue. Mon coup de cœur pour ce projet est évidemment Delphes. Vous êtes d’accord ?

 

-    Absolument ! Ça nous semble un excellent site pour les oracles, oui. De plus, vous avez déjà une notoriété élevée et une crédibilité forte en tant que dieu de la beauté et dieu de multiples rôles … et spécialement, vous êtes le fils de Zeus, le dieu des dieux.

 

-    Ce qu’il est beau ce gars-là, dit Angélique tout bas.

 

-    Bof ! Tabarkrys, il est pas si beau que ça, répond Jonas. Qu’est-ce que t’en penses toi, You ?

 

-    Grrr, miaule You, en direction d’Apollon.

 

-    Héééééé, c’est à qui ce minou là ? demande Apollon qui vient d’apercevoir You.

 http://static1.purepeople.com/articles/2/45/44/2/@/327708-ce-chat-miaule-une-chanson-de-noel-637x0-1.jpg

C’est le temps de partir, dit Jonas tout bas à Angélique, avant qu’Apollon ne se transforme en étalon. Après tout, pense Angélique, même si je suis une femme et que je ne comprends rien, j’ai tout enregistré dans mon cerveau.

 

-    Heureux de vous avoir aidé, dit Angélique, mais nous avons un autre rendez-vous ailleurs.

 

-    Ne partez pas, ne partez pas … J’ai besoin de vous encore …

 

Apollon est déçu de leur départ mais il comprend qu’ils ne peuvent rester plus longtemps. De retour sur terre en 2013, Angélique rapporte tout au Pacha, comme une vraie délatrice. Ensuite, elle passe la semaine en Grèce avec Jonas, You et le pilote du jet, Jeff Allaire, où ils découvrent des sites exceptionnels. Ils reviennent à Montréal bien reposés et prêts pour travailler sur une  prochaine enquête.

http://www.pays-monde.fr/photo/grece-ile-santorini.jpg

Di

Partager cet article
Repost0
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 20:58

  http://us.123rf.com/400wm/400/400/yayayoy/yayayoy1010/yayayoy101000015/7995931-porc-caricature-elever-ses-bras.jpgPas de mission en vue et, bien sûr, sa majesté Jambon 1er s'ennuie à courir.

Voici deux jours que nous sommes au bureau de la TEF à faire du classement et, accessoirement, écouter une radio locale qui nous parle de gens qui vont passer des radios à la clinique locale : prix, remboursement, tiers payant… la loose, quoi ! Puis la speakerine annonce l'émission suivante: le docteur Fred va nous répondre sur tous les problèmes de la vie, en général et les solutions pour chacun en particulier.

-        Ha, c'est vrai aujourd'hui le sujet c'est les déjections et ça m'intéresse, je les appelle illico, me dit son énormité, qui maîtrise parfaitement le latin. 

Aussitôt, il se précipite sur le téléphone et compose le numéro donné.

-        Allo, parlez monsieur, c'est à vous… l'invite une voix à l'autre bout du fil, allez, on se grouille !

-        ahuri, le gros n'arrive pas à prononcer un mot… ni deux, d'ailleurs.

-        Allo ? Monsieur ? Parlez ! Nous z'avons les moyens dé vous vaire parler ! nasille le nazi

-        Heu… hé bé je voulais savoir comment…

-        On ne vous comprend pas, monsieur, parlez plus fort, ne soyez pas timide, nous sommes entre nous, insiste la voix de l'inconscience

-        Ben oui, je disais que ça m'est arrivé avec une chienne

-        Oui ? comment s'appelle-t-elle ?

-        Mansfield… C'est ma mère qui l'appelle ainsi à cause de ses tétés toujours gonfles

-        Ha ? elle n'en souffre pas ?

-        Non, maintenant elle est habituée : elle ne fait plus attention aux gens qui la regardent dans la rue,http://imalbum.aufeminin.com/album/D20090113/510025_RVGPZ3BTV11F2SZURSWRGQEQOZ4A86_cocker-virgule-paris_H193014_L.jpg

-        Ha… bon… et c'est quoi votre souci ?

-        Hier soir, je l'ai faite drôlement couiner, je l'ai prise comme on doit prendre une chienne, en la tenant par les oreilles

-        Quoi ? mais monsieur, vous avez dû lui faire mal !

-        C'est peut-être pour ça qu'elle m'a mordu, cette bourrique.

-        Ben, mettez vous à sa place

-        Ha ça non ! C'est moi le maître et si elle veut jouer avec moi elle doit respecter les règles : si je la corrige, c'est pour son bien !

-          bruit de respiration

-        Allo ? y'a plus dégun ? interroge mon fidèle compagnon en regardant son combiné

-        Monsieur, je pense que vous êtes trop dur avec votre compagne,

-        Pas toujours… et même c'est parfois l'inverse

-        Comment ça l'inverse ?

-        Ben, je suis pas assez dur… si vous voyez ce que je veux dire

Là, j'ai senti comme un tremblement dans la voix du docteur Fred

-        Ha ? elle est très exigeante ?

-        Ben… vous savez, à la quatre ou cinquième fois qu'on s'amuse, je commence à m'essouffler

-        Je vois… je vois… annonce le docteur qui ne voit rien du tout

-        Et quand j'en ai marre, je lui file sa pâtée et je l'envoi se coucher

-        Hein ? Quoi ?… voix dépitée. Vous avez de la chance qu'elle vous aime encore, monsieur !

-        Ben, elle a intérêt sinon c'est direct à la SPA

-        Quoi ? vous emmèneriez votre femme à la SPA ? Et pourquoi faire? balbutie le psy doctor

-        Pourquoi qu'il me parle de ma femme, l'asticot ? Mais bougre d'enclume, c'est pas ma femme, c'est ma chienne dont je vous cause !

-        Haaaaa ? Hooooo ! Houuuu ! Heuuuu, Mais alors, monsieur, vous vous êtes trompés d'émission, c'est un malentendu

-        Comment ? vous ne parlez pas des problèmes de déjection des chiens dans vos malentendus ?

-        Mais non abruti, nous c'est des problèmes d'érections des hommes!

-        Connard de toubib ! Conclu sa majesté, quel malotrou !

Le combiné de téléphone de la TEF doit être super costaud car la violence avec laquelle Jean Bon a raccroché aurait dû le désintégrer.

Le gros se tourne vers moi et, sentencieux, me dit :

-        Comment veux-tu qu'il y'ait pas de guerre !

Pour une fois, j'ai donné raison à mon compagnon : si on ne peut plus prendre sa chienne comme elle le mérite, où va-t-on ?

Et c'est à ce moment que le téléphone sonne : c'est le Pacha qui me dit :

-        Dites donc, Alex, il m'arrive d'écouter la radio et la terre entière n'a que faire des exploits zoophiles de monsieur Bon, Jean Bon.

-        Heu… oui monsieur, mais voyez vous, c'est à cause de sa chienne de vie, tout ça...

-        Bip... Bip…Bip… http://1.bp.blogspot.com/-2cy_n2uKHfE/TfTRClE4gaI/AAAAAAAAACk/9cA6o4y6tS8/s1600/homme-chapeau-meilleures-photos-ombres_144522.jpg

Partager cet article
Repost0
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 13:24

 
Agacée par la vibration de l’oignon, Bérangère le prend en main.  Ipso facto, elle se retrouve en pleine mer sur un vieux brigantin. Du haut de la passerelle, elle aperçoit de jeunes gamins terrorisés qu’un malabar cousin du gorille, pousse brutalement à la mer. Du côté bâbord, d’autres marins à la mine patibulaire repêchent quelques enfants âgés environ d’une dizaine d’années. Ces derniers remettent les fruits de leurs récoltes puisées au fond de la mer. Des huîtres toutes semblables. Serait-ce la fameuse Dana de Bahreïn ? Cette perle rare de plus de cinq mm. , prisée par tous http://www.journaldunet.com/economie/reportage/perles-tahiti/perles2.jpgles fins connaisseurs des richesses sur cette terre.          


  Ahurie devant ce spectacle digne des pires barbaries, Bérangère observe un enfant ensanglanté par ce fluide rouge qui lui sort par les oreilles et les yeux. http://videotheque.cnrs.fr/media/storyboard/731/H.jpgCe pauvre enfant est repoussé violemment à la mer sans aucun égard ni compassion. Aucun doute, la mer lui servira de cercueil.
Prise d’une violente colère, son cœur menace d’exploser. Elle doit se contenir. Réfléchir. Elle ne peut agir sous un cou de tête. La situation est particulièrement dangereuse. Il lui faut savoir où elle se trouve en ce moment précis. Un regard tout autour lui apprend que ce bateau bat pavillon  saoudien et celui  d’El-Jerhttp://www.lepoint.fr/images/2011/11/16/bahrein-438207-jpg_293530.JPGada.
C’est l’oignon qui lui donne les réponses. Bahreïn, derrière une herse d’oursins où se cachent les précieuses huîtres porteuses de perles rares. Bérangère enregistre toutes les coordonnées nécessaires à un retour rapide pour porter secours à ces enfants-esclaves de ces maquereaux d’eaux salées. Quelles ordures !
Grâce à l’oignon du temps, elle revient à sa base et rejoint Étienne demeuré sur le Falcon X7 avec leur pilote pas sortable. Derrière l’écran de l’ordinateur qui les relie tous, elle s’installe et envoie un SOS au Pacha lui expliquant qu’elle se retrouve seule sans le soutien essentiel de Malice hospitalisé. Il lui faut du renfort. Une mission urgente à Bahreïn en pleine mer. Des enfants-esclaves sont en danger.
Après que le Pacha eut toutes les informations nécessaires pour opérer ce sauvetage imprévu, il ordonne à Bérangère de retourner sur les lieux du crime contre l’humanité et ce, accompagnée de son garde du corps, Étienne et du pilote. Le Falcon X7.http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/64/Dassault_Falcon_7X.jpg/220px-Dassault_Falcon_7X.jpghttp://idata.over-blog.com/4/26/37/59/DSC_2340.JPG Ce dernier, devra survoler le voilier à deux mats et attendre le secours des tireurs d’élite escortant des  agents côtiers de l’ONU.
Quand la mission fut terminée et que tous ces mafieux du commerce des perles rares furent sous les verrous, Bérangère retourna chez Birks. Elle remit le boîtier princier qui contenait les fameuses perles de la honte et exigea sur le champ qu’on la rembourse. Elle fit tout un esclandre. Le commerçant n’eut d’autre choix que de lui remettre son argent. Bérangère alertait tous les clients en leur racontant d’où pouvait provenir leurs perles.
Pas de perles pour le bikini à pois de Bérangère !

 
Marie Louvehttp://p-media.laredoute.fr/Product/EUHDPICTURES/9/1/5/324421915-90420be6-e615-4123-ab26-43ba4c5950ec_1200.jpg?s=641

Partager cet article
Repost0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 14:55


-   Allez hop ! Debout Malice ! Quelle honte. Fainéant.  Il est près de midi. Sors de ce plumard sinon c’est moi qui te jetterai sous la douche !

Le pauvre félin pas plus malin qu’un singe ce matin, ouvrit un œil vitreux sous ses oreilles basses. Il avait mauvaise mine. Au bord de l’agonie, un murmure à peine audible attira l’attention de sa partenaire de mission occupée à faire des bagages pour leurs vacances à Tahiti.

http://us.cdn4.123rf.com/168nwm/evdoha/evdoha1209/evdoha120904380/15477366-chat-noir-et-blanc.jpg-  Vite. Mimi Pinson. J’ai mal par…

 puis un silence tragique remplit la pièce.  Malice sombra dans un coma profond. Bérangère pivota et courut jusqu’au lit. Livide,  son complice paraissait être une peluche miteuse. Sans perdre une seconde, elle enroula une serviette autour du corps de Malice et fonça tout droit vers la sortie du Ritz Carleton de la rue Sherbrooke à Montréal.

http://media-cdn.tripadvisor.com/media/ProviderThumbnails/dirs/5b/d2/5bd229f055d4a3ea096f6c70882b924c2large.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le portier lui héla un taxi dans lequel elle monta rapidement en lançant l’ordre au chauffeur de les conduire d’urgence à l’hôpital  vétérinaire du Docteure Mimi Pinson, rue Saint-Denis.
Arrivée devant l’immeuble, sans attendre qu’on lui ouvre la portière de la voiture, Bérangère sort en criant : «  Voici un billet de 20 $. Gardez la monnaie ! » En courant, elle bouscule tout sur son passage,  jette au sol un jeune skinhead sur son skateboard, repousse du pied, un revendeur de crack et coupe la voie au gros Doberman en laisse au bout de son maître juste avant de pénétrer dans la salle d’accueil du luxueux centre hospitalier en criant,

-         Faites place, c’est une urgence ! Vite. Je veux voir la vétérinaire Mimi Pinson. Malice est son patient. ! Laissez-moi passer  vielle toupie ! hurle t’elle à une « verry-old-fashion» anglaise qui rouspète armée de son caniche jouet.

Alertée par tout ce boucan, Mimi Pinson sortit de la salle d’examen des bêtes où un maître-chien discutait du problème de son client. Un seul regard posé sur Malice et voilà Mimi Pinson, au pas de course avec ce dernier dans les bras. Elle traverse le long couloir illuminé avant de pousser les portes de la salle d’opération. D’un geste prompt, elle installe  à sa patte gauche une perfusion intraveineuse pour  soulager la douleur du précieux chat. Puis, elle  intube Malice afin de rétablir sa respiration. Elle l’ausculte et demande à Bérangère de lui expliquer la situation. Elle palpe l’abdomen du chat et identifie une masse suspecte.

-        Hum ! Ici, c’est inquiétant. Vous n’auriez pas battu Malice par hasard ?

Piquée au vif, la bouillante Bérangère explose :

-       Quoi ! Comment osez-vous seulement  y songer ? Je traite ce chat comme la prunelle de mes yeux…, mais attendez un peu. Cela me revient. Il y a moins de deux jours, nous étions en Italie à l’aéroport de Malpensa quand un  crapuleux Moldave lui a asséné un violent coup de botte dans les flancs. Ceci pourrait expliquer l’état piteux de mon fidèle adjoint.
S’en suivit plusieurs radiographies et des échographies pour poser un diagnostic hors de tout doute : la rate de malice est enflée, elle menace de se rompre. Il faut opérer sans perdre une seconde.
Après trois heures d’attente interminable, Mimi Pinson sortit du bloc opératoire. 

Bérangère, anxieuse, surveille son regard. http://us.cdn3.123rf.com/168nwm/franckito/franckito1202/franckito120200052/12528837-l-39-equipe-medicale-chirurgicale-sur-un-patient-jeune.jpg

-       Ça va aller. Malice a la couenne solide. Heureusement que vous n’avez pas tardé à me l’amener. Son heure aurait sonné à coup sûr ! Cependant, il essentiel que je le garde hospitalisé jusqu’à son complet rétablissement. Cela pourrait prendre environ 10 jours. Après, il devra poursuivre sa convalescence dans le calme et le confort.

-        Ce qui signifie que je ne peux partir à Tahiti avec mon chat ?

-        Ne soyez pas inquiète. Je prendrai soin de lui avec grande attention. Malice et moi avons toujours eu une chaleureuse relation. Vous pouvez partir sans crainte. Si vous désirez le voir avant de quitter, suivez-moi.

Des larmes aux yeux, Bérangère quitta Malice maintenu dans l’inconscience par des drogues médicales. Le cœur en miettes, elle sortit de l’établissement des soins de santé réservés aux animaux des gens riches et célèbres pareillement qu’aux manants des ruelles.. Mimi Pinson lui avait promis de lui faire parvenir des vidéos de lui et ce, tous les jours pendant son voyage.
Désemparée, à travers les  rues, elle erra comme une âme en peine. Quand soudain, elle aperçut dans la vitrine de chez Lyla Collection sur l’avenue Laurier Ouest, un bikini bleu à pois blancs création de Christian Dior. Elle resta suspendue que dire, hypnotisée devant ce magnifique chef d’œuvre dans lequel elle imaginait son corps glissant sur les vagues chaudes de Tahiti. Soudain, sans qu’elle n’ait conscience d’être entrée dans cette boutique chic, une employée l’aborde avec grande courtoisie et l’incite à lui faire part de ses besoins.

-        Euh… le bikini à pois blancs dans la vitrine, il est a combien ?

-        Ah, mademoiselle a bon œil et bon goût. C’est un bikini signé Christian Dior. Sa valeur est de 350 dollars, mais nous avons un spécial du jour. Si vous achetez les lunettes de soleil et le sac de plage assortis au bikini, nous vous offrons le tout pour la modique somme de 500 dollars. Une économie substantielle de 100 dollars. Taxe en sus bien entendu. Mademoiselle fait du 32 ?

-        Euh … un peu oui, mais pour la poitrine, vous avez la taille C ?  Ici, Bérangère rougit devant la vendeuse qui ouvrit grands les yeux en ajoutant,

-        C’est fort, mais c’est le maximum que nous avons. Vous n’avez jamais songé à l’opération ?  http://us.123rf.com/400wm/400/400/dash/dash1302/dash130200048/17968797-belle-brune-et-sexy-dans-un-bikini-noir.jpg
Insultée, Bérangère lui balance :

-        Et toi, on  t’a déjà proposé de te faire tailler tes grandes oreilles ainsi que de limer tes dents de lapin ? Donnez-moi la taille 32 et le bonnet C pour mes seins qui tiennent la route.
Après avoir essayé le bikini convoité, Bérangère paie le forfait en solde pour la somme de 575 dollars. Elle quitte la boutique en lançant un regard assassin à l’employée aux grandes oreilles. Quel toupet !
En revenant vers l’hôtel, elle  passe devant la bijouterie Birks. Elle se souvient avoir donné ses perles à Valentino qui était tombé sous leur charme juste avant son  mariage  avec Luigi. Pas question  de porter son bikini à pois blancs sans un collier de perles assorties. D’un pas décidé, elle traverse le hall d’accueil où tout scintille de mille feux sous des présentoirs vitrés. Sans hésiter, elle se dirige vers le collier et les boucles http://www.navi-mag.com/site_img/ARTICLES/large/collier-en-diamants-et-pierres-precieuses-id675.jpgd’oreilles de son choix. À son cou, un effet du tonnerre ! Diamants et perles montés sur de l’or blanc 18 carats.http://www.lemanegeabijoux.com/typo3temp/pics/37db91bb61.jpg
L’oignon vibre dans sa poche de veston. Elle l’ignore. Seules les perles occupent toute son attention. Le miroir lui reflète une image de rêve. Elle songe à Malice. Pour réprimer son chagrin, elle se console en achetant cette merveille qui lui sied comme un gant blanc. On lui remet un emballage princier après qu’elle eut payé une fortune qu’elle préfère taire.
L’oignon ne cesse de tressauter dans sa poche.http://www.benoitjoaillier.com/bijoux-anciens/images/montre-chopard-gousset-A1266-(2).jpg
 
À suivre.
Marie Louve

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Marcus Santner
  • : La fée Lée qui s'est penchée sur mon berceau avait un lumbago carabiné mais elle m'a appris que même n'étant pas le meilleur, on peut sourire du pire.Ainsi, l'humour des mots m'a pris très jeune et ne m'a jamais lâché.Pourvou qué ça doure.
  • Contact

Recherche

Liens