Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 09:01

Le grand Louis regarde son immense champ et se dit, dans sa ford intérieure: "Mon lisier ne vaut purin et c'est un coup à jeter l'eau propre sur ma ferme".

Continuant sa réflexion, il marmonne :

"De toutes façons, quand on sème, on finit toujours par labourer"

Puis il se tourne vers sa brave Gustine et se re dit:

"Et pour elle, c'est ben la même chose, sauf que j'vais point l'écrire pareil"

Grand, le Louis mais…

Tous ses copains l'appellent "Couillette" sauf la Gustine qui l'a définitivement surnommé "Corinthe" et ça, ça lui caille le raisin.

Surtout qu'après leurs longues tirades d'amour, elle le compare affectueusement à l'inspecteur Bourrel, vous savez, le héros de la série télé "Les cinq dernières minutes" ?

Lui, il aurait préféré "Rend beau" ou "Sylvestre l'étalon" mais bon : l'âge avait fait son insidieux travail et à 35 ans il se disait qu'on ne pouvait plus être et avoir tété.

Charmé par un film intimiste et pour avoir un peu de bonheur, il va voir son banquier d'une démarche empruntée ; mais celui-ci en chef de banque organisée lui rappelle qu'en matière de vol au vent financier, un seul précepte s'impose: "Ici, le bonheur est dans le prêt" sinon, c'est "Touchez pas au grisbi"

Piteux, pitoyable et dépité, ce soir là il coincera, la Gustine pour une grande envolée d'amour qu'il nommera pudiquement: "deux minutes trente cinq de bonheur"

Moralité : Oreille ouverte aux prêteurs te laissera sans vigueur…

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Marcus Santner
  • : La fée Lée qui s'est penchée sur mon berceau avait un lumbago carabiné mais elle m'a appris que même n'étant pas le meilleur, on peut sourire du pire.Ainsi, l'humour des mots m'a pris très jeune et ne m'a jamais lâché.Pourvou qué ça doure.
  • Contact

Recherche

Liens