Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 07:44

 

Nous voici donc, chez Courtecuisse, après les remariages pour le meilleur et pour le rire de l'équipe des inqualifiables, tous bien propres, avec nos habits du dimanche et l'air aussi con qu'une bande de puceaux qui attendrait la bénédiction pour se sauter dessus et s'enlever les dessous (et deux sous c'est pas grand chose).

Dans l'épisode précédent, il ne vous a peut être pas échappé que la lutte d'influence entre la chrétienté et la laïcité continuait sournoisement son œuvre : les attentifs auront noté les inversions de personnalités entre le maire et le curé; c'était du genre "un coup j'te bénis-du-St-Sacrement, un coup j'te marie-selon-les-lois-du-mariage" Le pauvre Aristide Briand y aurait perdu son latin.

Les non moins attentifs se rappelleront que j'avais signalé au maire que j'avais ma petite idée pour que ces remariages ne soient pas officiels tout en donnant le change…

Alors ? Ca vient ? Vous y êtes ? Soyez des liseux d'entre les lignes !

Carnaval, ça vous parle ?

Hé oui, nous avons profité du sacre de sa majesté carnaval pour déguiser le maire en curé et visse verseau ; et ca a donné cette joyeuse mascarade si bien racontée par la Di-Di qui avait dû y assister.

Oui mais…

Après les cérémonies de saint sacrement du mariage civil, les choses se sont quelque peu corsées (chef lieu Ajaccio pour le sud).

Ma libellule m'avait assiégé pour obtenir mon pardon pour ses errements Hippocratiquo-champignonesques  mais j'avais joué les vierges ébréchées par l'offuscation : après tout, faudrait qu'elle me mérite un peu plus que ça, la caissière en chef….

Du coup elle s'est fringuée comme une vamp des nuits de Harlem avec son soutif que tu vois le trottoir quand elle se penche, une jupe ras-le-bonbon et des cuissardes qui partent du bas pour arriver en haut… Même la regrettée Emmanuelle n'aurait pas osé : on la croirait sortie tout dret d'une maison Claude…

Et c'est à mon avis ce qui a déclenché la troisième catastrophe planétaire après Hiroshima et le tsunami de 2004 de chez les Thaïs.

Pour jouer franco, je l'ai pas vu venir car j'étais occupé à zyeuter la Darling qui s'était sapée comme lady Di : vachement class !

C'était le jour et l'ennui avec ma gro… ma femme.

J'ai chopé la déclaration de guerre en route quand la Djosette a juste dit

-        Avec un craque pareil, elle peut aller se chercher dix kilos de patates…

-        Qui c'est qui dit que shus pas un crack ? a gueulé Courtecuisse qui avait la patate

-        On parle pas de toi, mon humour, rectifie Cunégonde l'amoureuse, mais des nibards hors normes de notre Poissarde :elle ressemble à une baleinière qu'aurait recraché un Jonas mousquetaire…

-        A cause que cuissarde rime avec nibarde ? demande Courtecuisse à qui il faut toujours expliquer longtemps pour qu'il comprenne vite.

-        Mais non, mon bâton, roucoule Cunégonde, c'est parce que hors norme rime avec énorme…

Et là, mes amis, ce fut le début d'eine Kolossal  Bombardierung comparable à celui sur Dresde en 1945.

Tout d'abord, ma Poissard vexée comme une lepéniste qu'on aurait traitée d'humaniste,  choppe Courtecuisse par le cou et sa Cunégonde par le sien et s'amuse à leur cogner leur pauvres têtes en faisant, à chaque réunion des sommets, un "Hahan" à décorner un mari fidèle…

Mais, dans un reflexe mamairien primaire,  Courtecuisse s'accroche à la bretelle de l'hors norme dont le soutif craque (sic) et v'là la marchandise heureuse et libérée qui s'étale aux yeux gourmands des gourmets de la mamelle dans l'assistance qui n'en a pas besoin (d'assistance) pour se repaître du pestacle.

Paître c'est pour une seule vache mais repaître ?

-        Mammma ! hurle Courtecuisse en se jetant sur ce sein qu'on ne saurait voir, Mammma, je t'ai reconnue !

Et, glouton vagissant, il se met à téter son enfance, les yeux mi-clos et le sourire béat du nourrisson qui vient de coincer sa nourrice pour son quatre heure.

-        Putain ! S'exclame Chaude Oreille avec son langage si châtié qu'on dirait une langue morte, il m'en reste un ! Et voulant se ruer sur le souvenir de son alimentation infantile, il se cogne à la Sucedebout dont le deuxième surnom est ; Téte-assise

-        Laisse ce nichon, résidu de fausse mouche, je l'ai vu avant toi ! se met-il à hurler en bon Français, car ne l'oublions pas, c'est sa langue natale.

-        Pour une fois que j'ai quelque chose d'intéressant  à sucer, gémit notre géante d'un mètre cinquante

-        Wwwwwoooohhhhhaaaaaa ! ! Le hurlement de ma libellule fait trembler le verre de la Tremblante qui, pourtant, en a bu d'autres.

-        Re Wwwwwoooohhhhhaaaaaa ! Re hurle ma moitié et demi en se dégageant des resquilleurs des deux mamelles de la France et pour ce faire, elle choppe Chaude Oreille par un pied et, s'en servant de masse, elle se met à taper sur Courtecuisse comme pour enfoncer un pieu dans la terre…

Oui mais… Cunégonde l'amoureuse, n'est pas prête à perdre son gredin sans combattre ; blafarde, elle attrape la Poissarde par ses cuissardes de bâtarde campagnarde et, telle une fêtarde qui fuit sa camarde, elle crie:

-        Mouche à marde ! T'vas laisser mon bâton ?

-        Ben justement, répond la mienne, j'en fais un pieu.

-        Ouais, mais moi j'en ai besoin au pieu, s'excuse Cunégonde en filant un grand coup de latte dans le tibia gauche de sa voleuse d'icône du pieu

Sans doute pour ne pas être en reste, v'la-t-y pas que la Djosette attrape Frappe-qu'un-coup par là où il faut et le balance dans la mêlée en lui criant :

-        Vas gagner ta vie, espèce de cérébranleur !

Frappe-qu'un-coup, flatté, par cette expression flatteuse pour l'ignare qu'il est, se lance à son tour dans le carrousel mortifère  

-        Banzaï, se met-il à gueuler en argentin, à qui est ce mollet tout rasu ?

-        C'est pas un mollet, lui répond une voix flattée, mais la moralité m'interdit de te dire ce que c'est !

-        Pfff quel vantard, rectifie Cunégonde, lâche donc le pilier du comptoir !

C’est ensuite au tour de P'tit Louis d'entrer dans le kriegblitz en moulinant de son poing jusqu'à faire des virgules : des bleus d'azur cernent des yeux impurs, des pommettes blettes dansent la compotine de chez nous et des oreilles se tendent pour écouter l'absurdité du silence de la surdité…

Verdun, vous dis-je, Verdun ou les poilus n'auraient plus trouvé à trancher dans le corps mort de leur ennemis…

-        Stoooooooopppppp ! ! ! La voix hurlante est étrangère à notre bande et, du coup, tout ce beau monde suspend son viol pour attendre des heures propices.

-        Stoooooooopppppp ! ! ! J'en ai ras l'écharpe de vos conneries, c'est not' maire qui se manifeste en partie commune mixte, vous allez arrêter vos conneries oui ou merde ?

Je vous laisse deviner la réponse unanime du groupe enchevêtré : Ca commence par M … (J'ai parfois de ces pudeurs, moi…)

-        Bon, hé bé puisque vous continuez vos gamineries, je ne vous dirai pas que vous avez tous gagné un voyage à Paris, offert par le conseil régional pour votre prestation au carnaval….

-        Yooouuuuupppppiiiiiiiiiiii ! ! !

Et, pour terminer cet épisode mouvementé, j'accéderai à la demande de certains lecteurs de ces aventures ubuesques et je vous proposerai, en alexandrins de treize pieds s'il vous plait,  une moralité aussi profonde que les bonnets du soutif de madame Poissard, ma femme mais qui ne ferait pas rougir Prévert et Kosma:

" Si Carnaval remarie les amants désunis,

Aux feuilles mortes on se roulera des pelles, aussi."

Si vous voyez ce que je veux dire…

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Je me résigne ! La bande à Poissard et les cousines des déshonneurs sont encore devant le TGV. Le contrôleur guerroie avec les gendarmes et le maire. En attendant que reprennent les pagailles en<br /> fête, nous ferons notre devoir de récréation aux happy hours ! À plus,xxx.
Répondre
J
le péplum hollywoodien c'est de la gnognote à coté, bande et débande qui peut et c'est reparti pour Paris attention les manifs c'est pour bientôt avec les Poissard en tête... souviens-toi de 68,<br /> sortez les casques les pavés vont pleuvoir<br /> ;-)))
Répondre
A
<br /> <br /> C'est vraiment de la caricature écrite.<br /> <br /> <br /> Je me régale à pondre ce genre de déjantage mais j'espère que la répétition ne lassera pas<br /> <br /> <br /> auquel cas je passerai à autre chose.<br /> <br /> <br /> Bizzz<br /> <br /> <br /> <br />
M
Demain dimanche, Cunégonde dégrisée ainsi que son chéri, Cortecuisse , sortiront du nid douillet d'jeunes mariés pour reprendre le TGV avec la gang-bande. Pas certaine que le contrôleur les<br /> laissera passer facilement. :-))
Répondre
D
Le maire en a ras l'bol quand la gang-band s'en donne à coeur joie en se tapotant. Les personnages sont ce qu'il y a de plus "hot". Ça se garroche comme des polichinelles en guénilles. J'aime les<br /> jeux de mots qui se cachent partout dans cette débandade générale. On s'en va donc à Paris. Je crains qu'il y aura encore de la casse là. Bravo Marcus. Encore une fois bravo. Une dernière fois,<br /> bravo. Le flambeau passe à Marie-Louve ... et après ... à Di.
Répondre
A
<br /> <br /> Mais quel flambeau !<br /> <br /> <br /> <br />
M
On entre dans saloon et l'action part en rafale. Des jeux de mots sur chacune des lignes et Obélix dans une chasse aux romains n'aurait pas fait mieux pour semer le désordre sous les des-seins de<br /> sa bande. Cunégonde devra grimper sur de hautes mules et se procurer beaucoup de mousse de secours pour rivaliser avec les exploits de mam' Poissard. Ha,ha,ha.. Bisous , c'est, comme toujours, une<br /> joyeuse boîte à surprises que ce plaisir de lire ton Poissard.
Répondre
A
<br /> <br /> Comme quoi les beauf de France reservent souvent des suprises surprises...<br /> <br /> <br /> Bises<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Marcus Santner
  • : La fée Lée qui s'est penchée sur mon berceau avait un lumbago carabiné mais elle m'a appris que même n'étant pas le meilleur, on peut sourire du pire.Ainsi, l'humour des mots m'a pris très jeune et ne m'a jamais lâché.Pourvou qué ça doure.
  • Contact

Recherche

Liens