Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 23:56

Le soir arrive enfin pour me tenir la tête hors du cloaque mouvant qui m'aspire insidieusement pendant toutes les heures du jour.

La grande ourse se secoue majestueusement  et l'étoile polaire me réchauffe.

Ce cosmos qui m'attire est infiniment léger, infiniment juste, infiniment ciel à ciel pour m'aider à combattre ces terriens trop terre à terre, trop vils et trop veules.

Un jour, un soir, j'arriverai à m'échapper de ces mains qui m'agrippent pour pouvoir rejoindre tonton Georges, le grand Jacques et le vieux Léo, l'anar plus à gauche que la rive gauche.

Nous boirons des canons en riant sur les femmes infidèles des amis de Georges, le grand Jacques nous expliquera qu'on a loupé les trois quarts d'une vie meilleure pendant que Léo continuera à se demander si avec le temps tout s'en va.

En attendant, je dois être raisonnable; comme ils disent; je ne dois pas faire de vagues qui dérangeraient leur petit bonheur de train train bien lisse et bien tourné vers leur intérieur où je ne peux m'extérioriser.

Allez, soyons lâche un jour de plus, un jour où la grande ourse restera éteinte.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
C'est à faire pleurer la Grande Ourse ! Mais c'est trop vrai... C'est très beau !
Répondre

Présentation

  • : Marcus Santner
  • : La fée Lée qui s'est penchée sur mon berceau avait un lumbago carabiné mais elle m'a appris que même n'étant pas le meilleur, on peut sourire du pire.Ainsi, l'humour des mots m'a pris très jeune et ne m'a jamais lâché.Pourvou qué ça doure.
  • Contact

Recherche

Liens