Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 13:06

L'oignon du passé.

Voici une heure que je devise gentiment avec Bérangère, Fifi et Angélique quand la porte du bureau s'ouvre sur le Pacha en personne qui est venu nous rendre visite à Montréal.

Encore plus vouté que derrière son bureau, il s'avance vers nous avec son sourire mi-toyen mi-robollant,

Les effusions terminées, il nous félicite chaleureusement pour la réussite de nos dernières missions, puis, se tournant vers la porte, il appelle :

  •  Entrez donc, monsieur Bon
  • Ouais, ça va ! j'arrive ! éructe l'intéressé,http://www.photosapiens.com/IMG/cochon_480.jpg

Je reconnais illico la voix de notre jambonneau de service et l'énorme fait son entrée favorite, les bras croisés et une main avec deux doigts tendus pour simuler un revolver.

  • Mon nom est Bon… Jean Bon ! Beaufrèrise-t-il avec son sourire à effrayer un percepteur. Puis, sentant des yeux féminins le débusquer, il se casse en deux pour saluer ce qu'il pense être son nouveau fan-club.
  • C'est quoi ce machin ? m'interroge Angélique en reculant vers la sortie
  • Mesdames, je vous présente mon nouvel équipier, Jean Bon, digne héritier d'un mélange de Bibi Fricotin  et de Filochard après qu'ils fussent internés pour magnificence mentales…
  • Tabernak ! s'écrie Bérangère, il est déguisé ?
  • Ha ben ça alors, philosophe Fifi, jamais je n'aurais pensé que ça existe…
  • Bon, s'écrie la Pacha pour reprendre la main, on va pas y passer les congés : Monsieur Bon ne paye pas de mine…
  • C'est le moins qu'on puisse dire, coupe Angélique
  • Monsieur Bon ne paye pas de mine, reprend furibard notre Pacha pas chagriné, mais il a des talents cachés !
  • Ils sont vraiment bien cachés, ajoute Fifi
  • Si vous  serez dans le caca, je vous serais très beaucoup reconnaissant de me reconnaitre comme un ami qui rend service, minaude l'ami qui rend service dans un silence interrogatif
  • Il veut dire qu'on peut compter sur lui en ca de cas, précise-je, mais rassurez-vous mesdames, vous pourrez l'éviter car c'est ma pomme qui va se l'appuyer
  • Et maintenant, la bonne nouvelle ! continue le Pacha qui rit sous cape.

Il sort alors de sa poche une montre gousset… Un oignon comme utilisaient nos grands parents, avec son couvercle finement ciselé et sa longue chainette, elle ressemble à celle que ma grand-tante Bianca avait offerte à mon oncle Apollonio. Il ouvre le gousset, et nous dis d'un ton machiavélique :

  • Aimeriez-vous vous retrouver dans une époque de notre passé ? Il scrute toutes les mines qui, à force de s'interroger ressemblent à une cave de la gestapo. Je vous explique mais vous n'allez pas me croire avant l'expérience : la confrérie qui nous dirige a quelques pouvoirs disons… extra naturels, Cette montre en un et vous allez pouvoir le constater… Donnez-vous tous la main afin d'unir le groupe et faite une ronde autour de moi.Si tous les gars du monde se donnaient la main ! Oui mais le problème est que la ronde formée, Jean Bon se retrouve tout seul, les mains dans ses poches…
  • Approche, Gras Double, lui dis-je en coupant la ronde, prend ma main et celle d'Angélique car elle a l'habitude de fréquenter les ours. Je sens la graisse des ses doigts oindre ma main. 
  • Laissez moi me concentrer, faites silence deux minute, ordonne notre Pacha pas charrieur, je vous emmène en 1789 dans les barricades du faubourg St Antoine à Paris… Juste pour vous montrer car nous n'y resterons que dix minutes. Au bout d'un moment, ma tête se met à tourner, je sens mes jambes se dérober, puis c'est le trou noir, le tunnel et l'arrivée un peu brutale au milieu d'une foule hurlante… Une foule de sans culottes avec bonnets phrygiens, fourches, faucilles et gourdins ; une foule vociférante qui chante "ha ça ira, ça ira, les aristocrates à la lanterne ! Ha, ça ira, ça ira, les aristocrates on les pendra !"

je ne vois personne de l'équipe… Ha si ! Mon jambonneau de service qui fait reculer un soldat à grand coups de ventre ondulés d'avant en arrière. On dirait le sergent Garcia quand on veut lui piquer son litron de vin. A droite, je vois une immense tour que je ne reconnais pas, et pour cause : ma mémoire me souffle que c'est la célèbre Bastille qui sera détruite sous peu. J'essaye de demander à mon voisin ou l'on va mais sa réponse hurlée est incompréhensible pour mon français trop châtié.

Puis, d'un seul coup, c'est de nouveau le noir, le tunnel et me voilà à nouveau roulant dans le bureau de la TEF à Montréal. Je vais mettre au moins dix minutes pour reprendre mes esprits.

Nous voici enfin tous revenus de cet étrange voyage, nous regardant tour à tour, complètement abasourdis par ce qui nous est arrivé ; même l'énorme a dans les yeux, comme une lueur d'intelligence avec l'ennemi.

  • je vous avais averti, doctorise le Pacha, il faut le vivre pour le croire.
  • Je confirme, confirme-je
  • C'est ben vrai, atteste Bèrangère, ce n'est pas un tour d'hypnose, au moins ?
  • Que nenni ma chère Bérangère, cette montre a vraiment le pouvoir de nous envoyer dans le passé et je suis heureux de vous en remettre une à chacun. Pour "partir" il vous suffira de la tenir dans votre main gauche et de vous concentrer sur le lieu et la date du voyage dans le temps que vous voulez faire. Une fois arrivés, il vous suffit de régler avec les aiguilles le temps du séjour, mais pas plus de onze heures et cinquante neuf minutes car passé ce délai, vous serez ré intégré automatiquement dans le présent même si vous n'avez pas fini ce que vous faisiez…
  • Je crois avoir aperçu mon ancêtre Camille Desmoulins, nous avoue Fifi toute retournée, mais je n'ai pas pu le poursuivre…Et si on n'a pas fini au bout de notre temps ? demande-t-elle
  • Ben, après votre retour dans le présent, programmez à nouveau un départ dans le passé, précise notre Pacha pas chien, mais vous n'êtes pas certain de tomber exactement au même endroit.

Admiratifs, ravis et scotchés, nous nous regardons tous sauf Jean Bon qui regarde ses mains vides.

  • Et moi ? j'en ai pas, moi ? hennie-t-il avec le souffle chevalin qui accompagne la plus noble conquête de l'homme lorqu'elle s'exprime.
  • Vous, vous êtes l'adjoint d'Alex et votre oncle de ministre m'a demandé de vous surveiller comme une veuve sur le feu, termine le Pacha pas chameau en endossant sont manteau en poil de chamelle, je dois partir car mon Falcon m'attend dans moins d'une heure. Bon vent mesdames, bon vent messieurs et surtout faite attention de ne pas perdre ou vous faire voler l'oignon lorsque vous serez dans le passé sinon vous ne rentreriez jamais ajoute-t-il dans un sourire navré…

Je me doutais bien qu'il nous cachait quelque chose mais globalement cet "oignon du passé" va nous permettre de sacrées aventures, et c'est dans la bonne humeur que toute l'équipe sabre le champagne pour fêter ça.

Toute l'équipe ? Non, car notre Jambon s'est mis à bouderen sanglotant des "cest pas juste" qui nous fendent le coeur. 

  • Ne t'en fais pas, lui dis-je pour le consoler, je t'emmènerai où tu voudras…

A l'expression de son regard rusé, j'ai tout de suite eu l'impression que j'allais regretter cette promesse…

Pas vous ?                   

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
T'en fais pas Alex. Jean Bon avec deux boules de crème glacée, il oubliera vite l'oignon. Bérangère devait être fière de ne pas donner la main à cette patte grasse. Je la crois un peu dédaigneuse<br /> et Jean Bon un peu trop démesuré. Mais je suis certaine qu'Alex saura nous le mettre en valeur éclatante. Bisous cher toi.
Répondre
A
<br /> <br /> Jean Bon étant l'antithèse du savoir vivre, sera-t-il le chancre du savoir mourir ?<br /> <br /> <br /> <br />
D
Le jambon d'Alexandre n'est pas trop futé mais c'est pas grave car ce n'est pas son rôle d'utiliser son cerveau. Donner des coups de bedaine ou se servir de sa force ira mieux pour lui. Un Jean Bon<br /> boudeur sera peut-être du trouble à amener dans le passé, mais je suis convaincue qu'il fera du bien, peut-être même sans s'en apercevoir. Bisous Marcus.
Répondre
A
<br /> <br /> Vous-ai je dis d'où est Jean Bon ?  De Bayonne, biensûr...<br /> <br /> <br /> <br />
J
des promesses ? ça ne veut pas dire les tenir ... faut pas s'en faire pour si peu je te le jure les yeux dans les yeux !<br /> bizzzzzzzzzzzzz et bon WE
Répondre
A
<br /> <br /> L'homme heureux parle au futur...<br /> <br /> <br /> Bises <br /> <br /> <br /> <br />
L
J'ai aperçu que tu avais posté ton texte mais j'ai dû m'absenter, je ne l'ai lu que maintenant. Un nouveau départ bien prometteur, bravo, Marcus !<br /> Mais que fais-je de ma Fifi qui a toujours son premier rapport à faire ? J'ai un bout sur mon blog, des notes écrites à rassembler, je tiens à terminer mon épisode avant de promener Fifi dans le<br /> temps !<br /> Je termine, je vais poster chez moi, en en profitant pour annoncer le changement de crémerie, total alors ? on change de communauté aussi ! Mais, quid du numéro que je donne à mon épisode ?<br /> Et il va falloir que je change de nom à mon pilote ... :-)
Répondre
A
<br /> <br /> Le changement, c'est maintenant  <br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Marcus Santner
  • : La fée Lée qui s'est penchée sur mon berceau avait un lumbago carabiné mais elle m'a appris que même n'étant pas le meilleur, on peut sourire du pire.Ainsi, l'humour des mots m'a pris très jeune et ne m'a jamais lâché.Pourvou qué ça doure.
  • Contact

Recherche

Liens