Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 07:50

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/1a/Cardinal_Richelieu_%28Champaigne%29.jpg/250px-Cardinal_Richelieu_%28Champaigne%29.jpg

 

 

-        Messires, son altesse le Cardinal vous fait mander sur l'heure

-        Quéqui dit l'asticot ?  Questionne Gras du Bide mon valet en toisant Monsieur de Renaud, l'estafette de la maison du Cardial de Richelieu

-        Y dit qu'il faut se grouiller sinon Rouge va s'impatienter, lui réponds-je en vieux françois dans le texte

-        Rouge ? Tu parles du cardinal ?

-        Ben ouais, enclume et c'est pas le nord ou le sud ce cardinal là, affole-toi le minou qu'on s'arrache !

Grace à notre oignon magique, nous voici en juin 1625 dans cette France si chère à Dumas qu'il en écrira un livre et le Pacha m'a demandé d'aller vérifier en détail l'histoire de ferrets de la reine.

Bien sûr, je suis accompagné de mon compagnon de campagne, j'ai nommé sa majesté porcine Bon, Jean Bon.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/f5/Louis_XIII_%28de_Champaigne%29.jpg/220px-Louis_XIII_%28de_Champaigne%29.jpgNous voici dans les appartements du dirigeant de la France, en attendant que LOUIS XIII prenne un peu de poil aux pattes, Armand Jean du Plessis de Richelieu, que nous appellerons juste Richelieu pour ne pas s'user les doigts car Richie serait trop familier.

-        Entrez mes seigneurs, nous balance sa cardinalerie, nous autorisant ainsi à aller nous courber sur sa jupette et rouler une pelle à sa bagouze, je vous ai mandé pour une mission de la plus haute importance,

-        Y veut qu'on lui trouve une gonzesse ? chuchote bêtement Jambonneau

-        Ecrase gros ou tu vas te fais botter le cul par ses mousquetaires.

A l'époque, cette expression n'avait pas le même sens que maintenant : la botte était une passe d'épée victorieuse et se faire planter celle-ci dans le dargeot avait des suites très piétonnes puisqu'on ne pouvait plus monter à cheval.

-        Messieurs, puisque vous voici ralliés à ma cause pour servir les choses du secret, j'aimerais que puissiez accompagner une mienne cousine dans ses actions louables engagées contre Monsieur de Tréville et ses mousquetaires insolents qui ont fait vœux d'allégeance à la reine ; le cardinal n'y va pas par quatre chemins.

-        Ordonnez, votre altesse, et nous exécuterons ! lui balance-je http://sr.photos2.fotosearch.com/bthumb/CSP/CSP682/k6822034.jpgservilement en enlevant la poussière devant lui avec les circonvolutions de mon chapeau plumé.

-        Monsieur d'Artagnan va partir en Angleterre récupérer des ferrets que la reine a offert au duc de Buckingham; ces ferrets sont une preuve de trahison de "l'espagnole" et pour montrer à notre bien aimé roi notre dévouement, j'ai chargé Milady de Winter de http://www.alalettre.com/pics/couvweb%20liladt.jpgsubtiliser les bijoux au duc de Buckingham ; ainsi la reine ne pourra s'en parer au bal des Echevins que va donner le roi. De plus, il ne nous déplairait pas de faire mordre la poussière à cet anglais qui vient d'inventer un sport ridiculement british et qui ne me dit rien de bon : le rugby…

-        Winter… une aïeule à Ophélie ? Le gros nage en plein "Voici"

-        Non mon goret, lui réponds-je, la lignée pétasse vient de Hollande… Milady, elle, ne fait pas tomber des hallebardes lorsqu'elle chante.

-        Pendant que Milady ira en Angleterre chez le duc de Buckingham, vous irez tendre un traquenard à d'Artagnan avant son embarquement à Calais et je compte sur vous pour éliminer cet impudent, allez zou ! termine le rouge cardinal en tournant les talons en signe de fin de non se revoir.

Nous voici donc dans les douves de Calais à guetter le mousquetaire gascon pour lui faire son affaire après un voyage à se casser le dos; le cocher à crevé quatre attelages de bons chevaux et, m'est avis qu'il va ya avoir de la viande chevaline dans les raviolis…

Un bruit de galopade effrénée nous averti de l'arrivée prochaine de notre cible et au dernier moment, nous nous dressons devant son cheval pour l'effrayer et le stopper. Aussitôt notre d'Artagnan sors sa rapière et me pique méchamment dans la cuisse droite, se remet en selle et repart comme s'il avait juste chassé quelques moustiques…

Le gros, penché sur ma blessure, m'envoie son haleine à décoller le papier peint :

-        Ne bouge pas Alex, je vais chercher du secours

-        Noooon, andouille, rattrape le et arrête le ! Tu connais les ordres du Rouge ! Va, cours, vole et me venge ! Lui chuchote-je, en voyant passer une corneille pleine de cidre…http://174.142.61.76/basetravail.nsf/2b0d78a3ccf388318525767e0082ec88/85256a880034727f8525676e00534ff6/PersPortrait/0.B8?OpenElement&FieldElemFormat=jpg

Je reste ainsi, allongé, frisant l'agonie, à tenir ma pauvre cuisse qui pisse le sang et je me rassure en voyant que ce n'est pas du sang bleu, j'aurais pas aimé mourir dans la noblesse : trop de chichi pour les enterrements…

Puis un bruit de galop me rassure et son cavalier saute lourdement au sol ; mon gros, mon tendre, mon cher goret est là, la figure réjouie du scout qui vient de mettre du poil à gratter dans le duvet du chef.

-        Alors, l'énorme, tu l'as trucidé ce d'Artagnan de malheur ?

-        Heu… presque

-        Comment presque, tu l'as trucidé ou non ?

-        Ben… le fait que je sois en vie prouve que lui non plus...

-        J'entrave que tchi, gros, sois plus clair!http://fr.web.img2.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/00/02/32/15/arph3.jpg

-        Je l'ai rattrapé avec les amis…

-        Les amis, quels amis?

-        La confrérie des charcutiers organisait un banquet à deux pas d'ici, et je leur ai demandé un coup de main

-        Ha… raconte

-        Nous partîmes pimpants et sans aucun temps mort nous nous vîmes au moins cent en arrivant au port… La corneille de tout à l'heure repasse en ricanant

-        Mais le bougre maniait sa rapière avec une telle dextérité, que tous mes amis de la confrérie du boudin noir sont repartis illico finir leur grayou…

-        Et tu t'es retrouvé tout seul face au grand d'Artagnan

-        Un mètre soixante dix, c'est pas si grand que ça, non ? Bref il me toise, m'évalue, m'apprécie puis me dit : toi tu fais partie de la race des étroits du bulbe ! Oui, m'écris-je le suis l'étroit mousquetaire !

-        Ensuite ? M'impatiente-je,

-        Ensuite il m'a dit qu'il n'avions point le temps et que j'allasse voir derrière l'églisette de St Benoit s'il n'y était point.

-         Et ?

-        Ben j'y suis été mais point lui n'y était … Alors je suis revenu où que je l'avais coincé

-        Et ?

-        Hé bé il s'était enfui le péteux !

-        Mamma mia ! qui c'est qui m'a foutu un abruti pareil !

Je suis hors de moi car d'Artagnan à déjà dû prendre le bateau et notre mission est complètement ratée.

Ainsi la reine Anne d'Autruche put aller au bal des Echevins parée de ses ferret, notre cardinal a pris le râteau de sa vie et nous n'avons pu changer le cours de l'histoire… Le seul truc que j'ai pu glisser en douce au roi c'est que le fabricant des ferrets s'appelait Léo et qu'avec sa jolie môme il avait eu le temps d'en faire une copie…

Ce qui a de certain, c'est qu'on va en reparler de l'étroit mousquetaire…

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/dd/Dartagnan-musketeers.jpg/250px-Dartagnan-musketeers.jpg


Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Mais qu'est-ce qu'il est cochon le gros Jean Bon, il suffit pour lui et ses pairs de tomber sur du boudin et des pots de vin pour tomber dans le cidre. L'honneur de Anne d'Autruche reste sauvé pour<br /> cette fois. Alex est bien de sang rouge et même avec l'abruti, il peut pas faire peur au cheval. Mais faut pas sous-estimer les 3 mousquetaires car ils ne chantent pas comme ce cardinal. BRAVO<br /> MARCUS. À plus chez TEF !
Répondre
A
<br /> <br /> Ce pauvre Jambonneau est poursuivi par son atavisme, peuchère !<br /> <br /> <br /> <br />
M
Les ferrets seraient des pièces de métal« sûrement précieux »<br /> quand on parle de ceux de la reine. Ces pièces sont fixées à la pointe des souliers. Ainsi, j'imagine qu'ils se protégeaient avant qu'on ne leur danse sur les pieds.<br /> Pauvre Alex, une blessure à la cuisse lui permet la certitude de n'être qu'un roturier. Il fait bon coeur contre mauvaise fortune face à ce Bon Jean Bon benêt. Tout un karma lourd à porter. J'ai<br /> adoré ce pan d'histoire revisité par un agent au-dessus de tout soupçon. Enfin, les secrets nous sont révélés. Aganticus, raconte encore et toujours. On se délecte de cette vérité suave. Bises et<br /> bon WE !
Répondre
A
<br /> <br /> Ca prouve au moins qu'il n'est pas sorti de la cuisse de Jupiter...<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
L
La servilité du sieur Alex et de son valet Bon me paraît suspecte en cette affaire ... ;-)<br /> Et moi je dois aller revoir mon Histoire ! Ferrets = bijoux, mais lesquels ? Ma curiosité féminine est intriguée.<br /> Avoir vu le cardinal dans ses oeuvres me fait frissonner.<br /> Ils se sont comportés vaillamment, les deux héros de la TEF, mais on a pu constater en passant la valeur de d'Artagnan !
Répondre
A
<br /> <br /> non pas bijoux au sens bling bling mais de simples attatches plus discrètes à offrir pour les annonce des amours interdites...<br /> <br /> <br /> bises<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Marcus Santner
  • : La fée Lée qui s'est penchée sur mon berceau avait un lumbago carabiné mais elle m'a appris que même n'étant pas le meilleur, on peut sourire du pire.Ainsi, l'humour des mots m'a pris très jeune et ne m'a jamais lâché.Pourvou qué ça doure.
  • Contact

Recherche

Liens