Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 17:07

 

Hier matin, je reçois un coup de fil de la secrétaire du maire me demandant de me présenter illico à son bureau pour "affaire urgente car débordante".

La tête questionneuse, je toque donc à l'huis de notre édile qui est en train de tremper un croissant venant de la concurrence dans un café venant du Mexique.

-        Tiens, plaisante-je, l'idole déjeune ?

-        Bonjour aussi, me répond-il, je t'ai fait venir pour qu'on discute d'une affaire gravissimale : toi et ta bande de canadiens…

-        C'est pas des canadiens, le coupe-je, c'est des québécois !

-        Bon, si tu veux… donc toi et ta bande de québécois vous êtes en train de me foutre un bordel pas possible dans mon village si calme !

-        Quéqu'on fait de mal ? m'étonne-je

-        Hé bé, avec vos histoires de fornications croisées, on sait plus qui est marida à qui… C'est vraiment le bordel et j'ai l'asso des "amis de l'union jusqu'au bout" allié à celle de "Famille, patrie et pas de travail" qui se sont déjà plaintes cause que c'est pas un bon exemple pour les jeunes délinquants de la commune.

-        Mais, les jeunes délinquants, ils pensent qu'à piquer des mobs, non ?

-        Justement, il faut qu'ils aient un avenir en léchant et qu'ils pensent que le mariage c'est la solution…

-        Tu veux dire alléchant ?

-        C'est pareil ! Ne joue pas sur les mots, Poissard, de toute façon, il faut que ça cesse ! 

-        Et qu'y peux-je ? affirme-je en faisant une magnifique faute de conjugaison.

-        J'en sais foutre rien mais, toi et ta bande d'admirateurs de Rufus Thibaudeaux, faudrait nous lâcher la patate avec vos agissements libertins intolérables !

Mon cerveau lent réfléchit à la vitesse d'une lumière éteinte car je dois donner un nonos à ronger à mon édile.

-        Pour donner le change, accepterais-tu de nous faire un remariage pour de rire que tu n'inscrirais pas dans les registres ?

-        C'est quoi ton idée ? Ses yeux se rapetissent dans son effort de concentration intense et j'ai peur qu'il parte en sommeil…

-        Ben, on dit au peuple que nous avons divorcés express et que nous nous remarions because ça presse…

-        Quéqui presse ?

-        Dis ! maire des mémères, pour qui tu tiens ? Pour le box fornicateur ou pour ta tranquillité ? Alors laisse moi manœuvrer car malgré ma mauvaise réputation, je ne ferai de mal à personne et après coup, ton électorat puritain t'applaudira des deux mains, sauf les manchots, ca va de soi…

Et me voici, le soir même, en assemblée extraordinaire en compagnie des compagnons de la jarretelle légère au grand café du commerce, renommé par les mauvaises langues "l'amical bar".

-        Mes amis et même les autres, l'heure est grave ! Nos ne suivons pas le chemin de petit bonhomme des braves gens d'ici et la vindicte populaire s'acharne sur notre maire qui, du coup, n'est plus pépère. Pour faire taire tous ces non taiseux, excuses à Mr le Baron, je vous propose de faire semblant de nous nous remarier pour que le maire ne l'aie pas amère. Il est d'accord car ça va être le carnaval et tous n'y verrons que du feu sauf les aveugles, bien entendu

-        Yoouuuuppppiiiiii s'écrie ma Poissard, je me marie avec toi me dit-elle d'un air coquin

-        Et votre bon docteur ? interroge Chaude Oreille incrédule, qui n'avance pas parce qu'il recule

-        M'en branle, déjà que c'était un mauvais coup, mais depuis que le sanglier lui a déchiré l'anus, il a viré tantouze… Un silence assourdissant prouve que tous les esprits refont le chemin de la défense vengeresse du sanglier justicier.

-         Vive les champignons ! chante en chœur toute l'assemblée sauf un… devinez qui ?

-         Et moi, ronronne Cunégonde en se tournant vers son Courtecuisse favoris, je déclare au reste du monde que t'es mon homme ! et paf, elle lui saute au cou pour le frencher goulument devant l'œil de daurade impassible de la morue impossible du Courtecuisse en question.

-        Bon, y'a qu'a les marier, rigole P'tit Louis, moi je récupère la régulière pour une union sacrée devant le maire et aussi devant ma mère qui attend un héritier depuis très longtemps

-        Devant le maire, vous ferez la paire ! décrète Courtecuisse, magnanime, sous les applaudissements de l'assemblée extraordinaire.

-        Et moi ? questionne la Sucedebout dans l'anxiété, j'ai pas droit à un bon mari pour de  rire ? C'est pas que je sois suce sexe tible mais j'ai l'impression qu'on m'oublie…

-        T'es bonne en cuisine ? lui demande Frappe-qu'un-coup qui vient d'arriver des abattoirs

-        Ben, j'me défends et si tu veux me marier, tu te rappelleras de l'adage culinaire qui dit "saucer n'est pas tremper" Un ange érotique passe puis s'enfuit vers St Claude

-         Mon Dieu, quelle salope, chuchote la Coupatrèfle qui a la rancune tenace...

A cet instant, sous les yeux hagards (chef lieu Nîmes) du Baron P de la C dit "le Taiseux", sur une musique venue tout dret des bars à putes des quartiers chauds de Montevideo, v'la t-y pas que la Djosette  laisse une longue cuisse fendre sa longue jupe jaune, puis ondulant comme une tôle, les mains posées sensuellement sur les hanches, elle se meut à lentes enjambées félines vers l'objet de tous ses désir:  

-        Mon Baron, si vous ne me marriez pas, je serai fort marrie dit-elle lui jetant du riz (Basmati blanc à 4.50€ le Kilo)

-        A poil ! gueule dans l'assemblée une voix anonyme qui ajoute: parole de la Tremblante si le Baron la veut pas, moi je me l'enlève !

-        Vous n'arriverez pas à la soulever, décrète notre baron émoustillé, l'affaire est faite et je vais lui faire son affaire.

-        Et le dire, c'est bien mais le faire c'est mieux ! chante le public sur l'air des lampions

-        Et toi, Darling, t'as rien à te mettre sous la couette ? demande la Djosette en se rappelant l'autre nuit

-        Ben… si la Tremblante n'aime pas le poivre, je l'autorise à me courir

-        On dit je l'autorise à me faire la cour, andouille ! persiffle la Coupatrèfle qui est encore célibataire elle aussi

-        Mais à l'arrivée c'est pareil, non ?

-        Je prends ! hurle la Tremblante,mais si j'aime pas le poivre, par contre j'aime bien me poivrer…

C'est à ce moment qu'enfin, Chaude Oreille fait entendre son organe :

-        Madame Coupatrèfle, acceptez vous d'être ma compagne pour cette mascarade quelque peu désuète ?

-        Tu l'as dit, bouffi ! C'est peut être désuet mais ça permet de pas être désuni !

-        Poil au kiki ! répond l'écho général

La suite, mesdames et mes cieux, vous sera réservée pour un prochain épisode que l'on nommera pudiquement: La bande en débandade à la mairie. Si vous voyez ce que je veux dire…

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
J'étais revenue voir si la suite était en page. Je reviendrai en soirée. Ah ce Poissard et sa bande ! Un bon coup de soleil pour les vitamines D rires et D plaisirs. Bizs.
Répondre
M
Je seconde ! Cette bande de joyeux lurons a plus de morale que nos politiciens, foi de Québécoise ! Je ramasse le flacon et vivement la suite ! Une chance qu'on s'a pour rire du pire.. bisous.
Répondre
J
et que restera t il pour les sexygénaire dans ce village ?<br /> bon j'espère voir un arbre géné à logique pour me retrouver ?<br /> ... ciel mon mari je croyais que c'était mon amant !<br /> un peu paumée pour la moralité mais qu'importe le flacon<br /> bizzzzzzzzzzzz
Répondre
A
<br /> <br /> Il y a autant de morale dans ces épisodes que dans les discours de nos politiciens "qui nous aiment si on vote pour eux".<br /> <br /> <br /> Alors le flacon...<br /> <br /> <br /> Bises<br /> <br /> <br /> <br />
D
Bravo Marcus ... Tu nous amènes dans une aventure epsextionnelle. Bizzz.
Répondre
A
<br /> <br /> Ho... Vous ne vous faites pas trop prier pour vous engoufrer dans cette smala's saga.<br /> <br /> <br /> <br />
D
Un mariage de l'an 2 des plus sexentriques. Mais puisque le sexe appelle la gang et la bande à se marier pour faire taire le maire amer, une mémère des plus sexemplaires, on ne peut pas y échapper.<br /> Le bedeau fera t-il sexprimer les cloches de l'église? C'est à suivre ...
Répondre
A
<br /> <br /> C'est ce qu'on pourrait appeller un gang bande... :-)<br /> <br /> <br /> Bises<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Marcus Santner
  • : La fée Lée qui s'est penchée sur mon berceau avait un lumbago carabiné mais elle m'a appris que même n'étant pas le meilleur, on peut sourire du pire.Ainsi, l'humour des mots m'a pris très jeune et ne m'a jamais lâché.Pourvou qué ça doure.
  • Contact

Recherche

Liens