Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 09:57

Poissard, Voisart, Cunégonde et les autres : l'excursion dans le midi (1)

 

Bon, Je récapépète pour les ceusses qui seraient un poil paumés:

Avec ma gro… ma libellule et son trou de balle de docteur, nous sommes allés au Canada… Heu non, plutôt au Québec et, chemin volant, nous avons rencontré, à  l'aréoport (la raie au porc si vous préférez)  trois joyeuses drilles de notre bon vieux Québec; accompagnées d'un ex moustachu tout taiseux, elles venaient à Paris cause qu'elles avaient gagné leur voyage dans un concours de niaiseux de chez eux aut'.

Vu qu'elles n'avaient pas à sortir leur blé, elles voulaient s'offrir le "moulin rouge" mais juste avant, elles sont venues encourager ma Poissard qui jouait au 4ème duel à France 2.

Pour faire court, ça a été un box grave et il a fallu interner Naguy dans un asile de fous après l'émission, peuchère; au moins lui, il s'en souviendra de ma Poissard…

Après coup, avec nos nouvelles cousines, nous somme allés au fameux cabaret le "moulin rouge" pour voir des frétilleuses se faire tressauter les nibards sous les yeux baveux de Courtecuisse qui n'arrêtait pas de gueuler "A poil! "! Sous les applaudissements de la bande.

Déjà, en voyant une Djosette déguisée en canari serein, le portier s'était longuement gratté la tête mais un billet de 18 euros l'avait rassuré…

Rien qu'à l'évocation de ces billets de 18 euros je pisse de rire car figurez vous que c'est La Tremblante,  le faussaire de notre bande, qui en avait fabriqué un wagon… La première fois qu'il avait utilisé un de ses faux, c'était au bar de Courtecuisse: il arrive, l'air de ne pas y tapoter et il lance le billet sur le bar,

-        Hé, Courtecuisse, tu peux me faire la monnaie? L'intéressé chope le bifton, le regarde puis il répond tranquille à La Tremblante :

-        Ouais, tu veux 2 billets de 9 ou 3 billets de 6 ?

Depuis, chaque fois que La Tremblante sort un de ses billets, on attend les réactions mais là le portier devait être certainement bigleux ou avide car le "18 euro" a disparu dans sa poche à la vitesse de l'éclair et on a tous été chocolats.

Pendant le pestacle on a pas mal éclusé du champagne et à la fin, lorsque la bunny de service nous a amené l'ardoise, on a tous compris pourquoi on appelait ça une douloureuse; Ma libellule et Courtecuisse ont commencé à vouloir protester mais la bunny a vite été remplacée par 2 colosses antipathiques qui ont pas voulu négocier et, du coup, je leur ai filé une poignée de black et ça a fait la rue Michel… entre margoulins, on se comprend.

Bon, vous y êtes ? Alors on continue.

A la sortie du "moulin rouge", Frappe-qu'un-coup et la Sucedebout voulait s'éclipser pour "visiter le bonheur" mais Chaude-Oreille a gueulé qu'on avait débuté ensembles et qu'on finirait ensembles.

-        Quoi ? Une partouze ? susurre la Coupatrèfle mais je n'ai pas mis mes dessous affolants

-        Bon puisque on est entre cousins, je vous invite tous chez moi, tranche Courtecuisse sous l'ovation des Québécois qui, in petto, hèlent deux taxis en maraude.

On s'entasse tant bien que pas plus mal et un chauffeur demande l'adresse où déposer ce beau monde:

-        Gare de Lyon, lance Courtecuisse

-        Quoi ?On va à Lyon? La Cunègonde qui connait bien la France s'inquiète un peu.

-        Mais non, c'est son nom de la gare, elle s'appelle gare de Lyon mais elle est à Paris !

-        Ouf, j'ai eu peur  rétorque Cunégonde

-        Ah mais pourquoi aller à la gare ? Vous habitez à côté ? bégaye Darling Voisart

-        Oh, c'est pas très loin rigole Courtecuisse, c'est à côté de Montpellier

-       

-        A côté d'où ? Dégluti péniblement notre Cunégonde perturbée

-        Montpellier, capitale du Languedoc, ville merveilleuse, patrie de Juliette Gréco, de Léo Mallet et de moi-même, votre serviteur.

-        Mais... mais, c'est à combien de kilomètres, interroge Cunégonde gagnée par une anxiété angoissée.

-        Voyons, ma chêêêre cousine, ici nous ne parlons plus en kilomètre mais en temps : trois heures et demi grâce à notre TGV

Et c'est ainsi, mes amis, que nous nous retrouvons  dans le compartiment 43 du Train à Grande Vitesse Paris-Méditerranée.

 

D'entrée, ça a failli tourner au vinaigre car Courtecuisse voulait étrangler le contrôleur qui avait osé lui demander son billet sans ajouter le mot magique…

-        Quoi ? mais monsieur, le fait de dire "s'il vous plait" n'est pas une obligation officielle hoquète le contrôleur incontrôlé 

-        Je vais m'le farcir ce con! Hurle Courtecuisse très à cheval sur les bonnes manières surtout quand il ne s'agit pas des siennes.

-        C'est bon, ahane l'étranglé, je dis "s'il vous plait", voilà vous êtes content?

-        S'il vous plait qui ?

-        Monsieur, expectorise dans un dernier râle, le mort vivant

-        M'enfin, môssieur Courtecuisse, s'interpose Cunégonde, vous aller arrêter de nous les briser menu, non?

-        Mais je… rougis notre bistroquet

-        Pardon, je veux dire : vous aller arrêter de nous les briser menu, S'IL TE PLAIT ?

-        Heu… briser quoi ?

-        Ben nos gosses ! se met à vociférer Cunégonde en joual de derrière son fagot Québécois

-        Vous avez des gosses ? que ne le disiez vous donc point ! Et comment s'appellent-ils ?

-        Nos couilles, si tu préfères, andouille! Tiens, l'ex moustachu se manifeste ? Ce doit être son domaine… vu qu'il n'avait rien dit jusqu'à présent, tout notre beau monde se tourne vers lui et un grand silence se met à planer sur tout le compartiment 43… Même Djosette ne fait plus semblant d'admirer ses jaunes attributs.

C'est comme ça qu'on a appris un mot marrant qui, après traduction, dit que gosse est le synonymes de celui qui l'a produit. Et, bizarrement, par le truchement du tutoiement de la colère, voilà-t-y pas que Courtecuisse et Cunégonde sont devenu amis après la période des fiançailles qui a duré au bas mot trois heures… Un record dans son genre.

Puis, c'est Chaude Oreille  qui a voulu faire son mariole au moment d'un  "Wrouf" (bruit caractéristique lorsque deux TGV se croisent) il a juste fait un signe de la main vers l'autre TGV

-        On peut savoir quéque vous faites? Se hasarde la Djosette en tripotant son collier jaune

-        Ben, je dis bonjour à un ami que j'ai reconnu dans le TGV que nous avons croisé…

-        Hé l'autre ! rigole la Sucedebout, il charrie cause que les wagons dudit TGV étaient éteints ! Alors reconnaitre quelqu'un dans l'obscurité c'est un bobard…

Là, tout le monde a vu le degré d'intelligence de notre Sucedebout qui est, par ailleurs, supérieure dans un autre niveau de sa personnalité : le niveau de la mi-hauteur…

Puis, ce fut au tour de madame Poissard de se manifester vu que ça faisait un bon moment qu'elle rongeait son train.

-        Hé, bande de mord-moi- le-nœud, c'est pas un peu fini ? Debout face à ce groupe dissolu dans la niaiserie, ma Poissard reprend le poste qu'elle n'aurait jamais dû quitter : leadeuse des compagnons de la loose.

-        Z'avez pas un peu honte de vous donner en pestacle dans la vieille institution qu'est notre SNCF nationale hurle-t-elle avec sa classe naturelle et ce faisant, elle se penche un peu trop ce qui a comme conséquence directe une sortie intempestive de son nibard droit.

-         Au festival de Cannes, Sophie Marceau nous a sorti le gauche fait remarquer perfidement la Coupatrèfle

-        Tiens, une mamelle de la France ? chuchote Courtecuisse qui, aussi sec, se prend ladite mamelle en pleine poire et s'endort dans un KO digne de Foreman face à Ali… Faut bien dire qu'un coup de robert de ma douce, c'est pas tout à fait innocent.

-        Dites donc, la Poissard, postillonne Cunégonde en furie,  faudrait voir à laisser tranquille mon Courtecuisse

-        Peuh, ton Courtecuisse il est pas plus sonné que quand il prend sa biture journalière et pis on va voir ce que dit sa femme quand tu vas lui annoncer que c'est "ton" Courtecuisse

-        Ah bon ? L'est marié en plus d'être idiot ?

-        En principe ça va de pair rétorque ma Poissard en me regardant en coin.

Moi, vous me connaissez ? J'ai appris à faire le canard quand elle me lance son regard qui tue…

Le nasillement du haut parleur nous annonce alors un bref arrêt à la gare de Lyon.

-        Hein ? On est revenu sur nos pas ? s'étonne Djosette tous en astiquant ses jaunes godasses

-        Mais non, soliloque Chaude Oreille-la-science, là, c'est la vraie gare de Lyon qui est la gare Perrache  

-        C'est la gare de Lyon ou la garde Perrache? Demande Djosette en admirant son jaune bracelet

-        Les deux! Saucisse! Lance Frappe-qu'un-coup excédé par la jaune question de Djosette qui continue à rêver aux iles Canaries.

Ah, ce voyage en TGV n'a pas fini de nous surprendre mais je vous raconterai la suite dans un autre épisode attendu que Djosette me fait un jaune clin d'œil et que je risque d'être occupé, si vous voyez ce que je veux dire…

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
J'ai bien peur qu'un coup dégrisée, Cunégonde ait des peaux à recoller. Mais la connaissant, elle fera des miracles cette démone. Bon WE à toi et à ta famille.
Répondre
M
j'adore la "libellule"! c'est vraiment déjanté, outré et divertissant! j'attends que le "taiseux" prenne enfin la parole, ça en vaudra sûrement la peine!:))
Répondre
A
<br /> <br /> Ca ne saurait tarder -:)  à chaque épisode son héros...<br /> <br /> <br /> <br />
M
Ne lâchons pas ce filon de rires en pépites ! J,ai écrit la suite no 2 de L'excursion. Elle suivra sous peu chez lenaig. :-)) Bizs.
Répondre
A
<br /> <br /> On tient bon, docteur. Becs<br /> <br /> <br /> <br />
J
jamais pris le TGV, ni passé la Loire ! je le regrette bien ça passe vite un voyage comme ça...z'ont jamais sommeil ceusse là mais doivent avoir soif !<br /> attention Môssieu je ne suis pas celle que vous croyez moa, je suis Josette pas Djozette, pas de jaune canarie chez moa, du bleu breton s'y'ou plait !<br /> j'attends la fin de vos frasque pour connaitre la suite du voyage.
Répondre
A
<br /> <br /> Est-il vrai qu'ils ont les chapeaux ronds ?<br /> <br /> <br /> Comme dirait Courtecuisse :" La france aux français, la Bretagne aux bretonneux et la chance aux chansons"<br /> <br /> <br /> <br />
L
Et, enfin, je vais à Montpellier, je n'y suis jamais allée !<br /> :-)))
Répondre
A
<br /> <br /> Montpellier et les Cévennes... pays de champignons s'il en est<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Marcus Santner
  • : La fée Lée qui s'est penchée sur mon berceau avait un lumbago carabiné mais elle m'a appris que même n'étant pas le meilleur, on peut sourire du pire.Ainsi, l'humour des mots m'a pris très jeune et ne m'a jamais lâché.Pourvou qué ça doure.
  • Contact

Recherche

Liens